Actualités

S’organiser en Freelance : les 4 grands axes à connaître

Être freelance… Le rêve de beaucoup de travailleurs. Liberté, indépendance, gestion de son temps… Mais sans une bonne organisation, ce rêve peut vite partir en fumée. Entre les dates de livraison à respecter, les tâches administratives à faire en hâte, les rendez-vous avec les clients, les occasions de se stresser sont multiples. Au final, on finit par douter de notre travail, de notre capacité à être un indépendant et à bien gérer son businessS’organiser en freelance est la clé qui mène à la sérénité dans son activité.

Étant salariée en parallèle de mon activité d’indépendante, j’ai besoin d’être doublement bien organisée. J’ai donc dû apprendre à structurer et optimiser mon temps et ma façon de travailler. Tout n’est pas encore parfait, mais j’apprends et j’avance… Vous trouverez ici les quatre grands axes que j’ai pu identifier et qui vous aideront à faire place nette aussi bien dans votre cerveau que dans votre bureau et à mieux vous structurer grâce à des méthodes et outils pour votre quotidien de freelance. Moins de stress et plus de sérénité, c’est parti !

1. Vider son cerveau pour y voir plus clair

Quand on est freelance, il arrive que le cerveau soit en ébullition. Trop de choses à penser, à faire, à organiser. Que ce soit les clients à gérer, le travail à effectuer ou les déclarations à faire, il est facile de s’éparpiller et de ne plus savoir où donner de la tête. Le stress monte et ce n’est bon ni pour notre travail, ni pour notre santé, ni pour notre épanouissement. Alors si on faisait sortir toutes ces pensées de notre cerveau pour y voir un peu plus clair ?

En posant sur papier ou dans un fichier sur ordinateur les idées, les tâches, la liste des choses à faire, cela permet de :

  • être sûr de ne pas les oublier ;
  • pouvoir les planifier ;
  • gérer ses priorités ;
  • mieux s’organiser.

Mais concrètement, comment fait-on ?

a) Organiser son travail

En tant que travailleur indépendant, l’organisation est le maître-mot pour ne pas se retrouver croulant sous les dossiers à traiter, manquer les deadlines et ne pas réussir à gérer sa petite entreprise. En effet, le freelancing ne se résume pas à réaliser un travail pour un client. C’est aussi faire de l’administratif et développer son activité sur le long terme.

Travailler dans son entreprise pour ses clients :

Pour être sûr de ne rien oublier et satisfaire ses clients, l’agenda papier ou électronique est l’outil numéro 1 de tout bon freelance. En planifiant toutes les tâches et les deadlines, les dates seront respectées et le stress sera réduit. Lorsqu’un nouveau projet arrive, une bonne pratique est de noter dans son agenda la date butoir et de le découper en sous-tâches en remontant le temps. Vous pouvez aussi prévoir chaque semaine les actions pour les prochains jours en fonction des priorités. Cela évite de perdre 10 minutes chaque matin à se demander sur quoi on va travailler.

Pour ma part, je fais souvent l’erreur de mal estimer la durée des tâches à réaliser. Je m’en donne trop à faire dans le temps imparti. Avec deux casquettes (freelance et salariée), même trois si on compte mon blog, le nombre d’heures pour mon activité est limité et doit d’autant plus être bien évalué. C’est une mauvaise pratique qui me fait me sentir stressée et démotivée par moments. Je suis des personnes qui aiment bien arriver à la fin de la journée en ayant coché toutes les actions planifiées. Alors quand ce n’est pas le cas, c’est frustrant. Le point positif, c’est que cela me permet d’ajuster un peu mieux mes tâches pour la prochaine fois.

Travailler sur son entreprise pour la développer :

En plus de ses clients, il est important de consacrer une partie de son temps à travailler sur son entreprise pour la développer. Quel est l’objectif pour l’année ? Développer sa visibilité, obtenir plus de clients, se former pour se spécialiser davantage… Pour maximiser les chances de le réaliser et garder sa motivation, mieux vaut avoir un objectif clair et le définir en suivant la méthode SMART : Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste, Temporel. Une fois que l’on sait vers quoi on veut aller, il est possible de le découper en étapes pour avancer progressivement vers l’objectif final. D’une vision globale ressortira des phases intermédiaires chaque mois, puis des actions à faire chaque semaine. Par exemple, si cette année vous prévoyez d’obtenir 12 nouveaux clients, l’objectif mensuel sera de signer 1 nouveau contrat. Pour y arriver, il faudra chaque semaine contacter 5 prospects.

b) Noter ses idées

Noter ses idées, ses tâches à faire lorsqu’elles nous traversent l’esprit est la garantie qu’elles ne seront pas oubliées : une déclaration à faire, un e-mail à envoyer, un contenu à publier… Pour cela, avoir un bloc-note à ses côtés est l’idéal. Personnellement, je n’aime pas avoir des papiers volants de partout. Je préfère noter mes pensées directement dans le bon outil (Trello ou fichier Excel par exemple). C’est toujours du temps gagné. Si je ne suis pas devant l’ordinateur, en général, j’ai mon téléphone à proximité, j’y mets un rappel pour penser à le reporter au bon endroit plus tard.

En recherche d’idées ? Une session de brainstorming se révèle toujours très productive. Si elle se fait généralement à plusieurs, rien n’empêche de la faire seul. Le principe veut qu’il n’y ait aucune censure ni aucun jugement. On n’analyse pas les idées à ce moment-là. On note toutes celles qui arrivent, même si elles paraissent irréalistes, absurdes ou dénuées de sens. Pourquoi ? Tout simplement pour éviter de casser le flux des propositions et parce qu’une pensée pourra en amener une autre et ainsi de suite. Ici, l’objectif n’est pas de se focaliser sur la qualité, mais sur la quantité. Ce n’est pas souvent le cas, alors il faut en profiter ! 😉 Le tri sera fait dans un deuxième temps…

c) Faire un flot de pensées

On entre dans le côté développement personnel, qui reste une part importante de l’activité du travail indépendant. Si le moral est bon, le travail suit. Pourtant, il arrive que l’on se sente débordé, démotivé, que l’on doute de son travail… Rassurez-vous, cela arrive à tous les freelances, même les meilleurs et ceux qui n’oseront pas l’avouer ! Lorsqu’on est dans cet état d’esprit, le mieux à faire est d’écrire tout ce qui nous passe par la tête, toutes ces pensées qui tournent en boucle. Coucher les mots sur papier permet de vider son cerveau et d’évacuer la pression qui va avec.

Pour en savoir plus, je vous invite à prendre connaissance de comment faire un flot de pensées. Une fois le tout écrit noir sur blanc, il est plus facile de prendre conscience des pensées récurrentes qui viennent polluer notre cerveau. Cela permet aussi d’analyser et mieux comprendre pourquoi nous doutons de nous, pourquoi nous ressentons le fameux syndrome de l’imposteur, pourquoi nous avons peur de démarcher de nouveaux clients, etc.

2. Aménager son bureau pour être plus productif

a) Un bureau épuré

Pour être productif, un espace de travail rangé et agréable n’a rien de superflu. En effet, avoir ses idées claires, c’est bien, avoir aussi un bureau net, c’est encore mieux pour s’organiser en freelance. Plus de distractions qui viennent perturber notre concentration. Je ne sais pas vous, mais moi, il suffit que j’ai une tablette de chocolat qui traîne à côté pour que mon attention soit déportée sur la gourmandise en question pendant quelques secondes. Au final, un carré par ci, un carré par là, c’est plusieurs minutes d’interruption qui viennent se glisser discrètement au beau milieu de mon travail.

Nombreuses peuvent être les sources de distractions. Il n’y a pas que le chocolat… Des factures à ranger aux divers objets de décoration, ils attirent l’attention et font s’évader l’esprit loin de la tâche en cours. Sachant qu’à chaque interruption, il faut plusieurs minutes pour retrouver une concentration optimale, je vous laisse imaginer le temps perdu si votre bureau n’est pas épuré.

Un exemple d’espace de travail idéal (à adapter en fonction de l’activité de chaque freelance) :

  • un ordinateur ;
  • un carnet (pourquoi pas le carnet du temps) ;
  • un stylo ;
  • un cadre avec une phrase ou une image inspirante ;
  • une bouteille d’eau.

Le reste devrait être rangé pour ne pas solliciter l’œil du travailleur.

b) Un espace calme

Travailler au milieu du bruit, ce n’est pas optimal. Pendant le confinement, avec conjoint et enfants à la maison, beaucoup en ont pris conscience. Avoir une pièce allouée est idéal. Si ce n’est pas possible, un paravent peut faire office de cloison amovible pour se sentir plus au calme et rester concentré. Parfois, on ne peut faire autrement que de subir le brouhaha extérieur. Lorsqu’il y a trop de bruit autour de moi et que je ne peux rien y faire, j’ai un casque avec isolation phonique qui étouffe très bien les sons. J’ai l’impression d’être totalement dans ma bulle et ma concentration reste imperturbable. 👍

Pour éviter de se laisser happer et déranger par le moindre message, mieux vaut couper les notifications du téléphone et fermer sa boîte e-mail. En général, ce sont des informations qui ne sont pas très importantes et qui peuvent être traitées plus tard. Vous pouvez très bien prévoir 15 minutes avant votre pause déjeuner pour traiter vos e-mails et jeter un œil à vos notifications.

Beaucoup de freelances travaillent de chez eux et il n’est pas toujours évident de dissocier l’activité professionnelle de la vie personnelle. Un espace dédié aide grandement à scinder les deux zones. Une fois la journée de travail terminée, on éteint l’ordinateur, on ferme la porte pour ne la rouvrir que le lendemain matin.

3. S’appuyer sur des méthodes de travail pour être efficace

Je ne vais pas vous mentir, des méthodes de travail pour s’organiser en freelance, il y en a des tonnes. Sûrement autant qu’il y a d’êtres humains. Mais ce n’est pas parce qu’une personne travaille d’une certaine manière que tout le monde doit faire pareil. Toutefois, il est intéressant d’essayer pour voir si une méthode convient avant de l’adopter ou de la rejeter. En voici quelques-unes que je recommande vivement d’essayer…

a) Se mettre en condition de travail

Pour les indépendants qui travaillent de la maison, pyjama et cheveux en bataille ne mettent pas vraiment dans de bonnes conditions pour travailler efficacement. Même s’il est tentant de rester dans sa tenue de nuit ou en survêtement puisqu’on reste chez soi, s’apprêter comme si l’on sortait est important pour se mettre dans le bon état d’esprit.

b) Mettre ses efforts au bon endroit grâce à la méthode 80-20

20 % du travail emmène 80 % des résultats d’après la loi de Pareto. Cela signifie qu’une petite partie de notre activité génère la majeure partie de notre chiffre d’affaires. Il est donc très intéressant de se pencher sur ce que sont ces 20 %. En focalisant ses efforts dessus, cela assure une stratégie bien pensée et une bonne rentabilité. Cela évite aussi de s’attarder sur des détails qui nous font perdre beaucoup de temps et qui n’ont pas une réelle plus-value.

Dans la même logique, quel est le moment où vous êtes le plus productif ? Plutôt le matin, l’après-midi, le soir ? Mieux vaut travailler moins d’heures dans la journée, mais être pleinement efficace à ce moment-là. Alors quels sont les 20 % de la journée où vous êtes 80 % productif ?

c) S’organiser en freelance en définissant 3 tâches à accomplir dans la journée

Pour éviter de s’éparpiller et arriver en fin de journée sans avoir avancé ses tâches, il faut savoir sur quoi travailler AVANT de commencer. Et pour ne pas être démotivé par la montagne de choses sur sa to-do list et risquer de bâcler le travail, il ne faut pas trop s’en demander. L’idéal est de ne pas dépasser 3 grosses tâches à faire dans la journée. Une bonne pratique d’organisation est de définir, la veille au soir par exemple, seulement 2 ou 3 choses à faire le lendemain. Si comme moi, vous n’êtes pas freelance à 100 %, n’hésitez pas à ne vous donner qu’une seule tâche à réaliser.

Une fois par mois, pensez à prévoir un créneau pour vous occuper du côté administratif (factures, déclarations…). En attribuant un jour précis aux tâches récurrentes, vous serez sûr de ne pas les oublier (par exemple tous les 25 du mois).

d) Timeboxer son temps pour être plus productif

Alterner phases de travail et pauses augmenterait la productivité : c’est le principe de la méthode Pomodoro. Pour ça, je dois dire que je suis mauvaise élève. Quand je suis lancée, je préfère continuer sans m’arrêter de peur de perdre mes idées et ma concentration. L’avantage, c’est que j’avance, mais l’inconvénient, c’est que je finis par avoir la tête bien saturée. Il est d’ailleurs probable qu’à la fin je perde en productivité… Bon, je me note de changer ça pour de bon ! 😉

Quoiqu’il en soit, prédéfinir un temps pour chaque activité peut se faire simplement grâce à un minuteur. Programmez, par exemple, 25 minutes de travail et 5 minutes de pause, puis à nouveau 25 minutes de travail et 5 minutes de pause, et ainsi de suite. Ou 50 minutes – 10 minutes – 50 minutes – 10 minutes… Les temps peuvent être adaptés en fonction des tâches à réaliser.

e) Faire une seule tâche à la fois car le multi-tâches est une illusion

La fonction multi-tâches n’est malheureusement pas une option chez l’être humain. On a l’impression qu’en faisant deux choses en même temps, on va aller plus vite, mais que nenni. C’est une belle illusion ! Le cerveau alterne entre l’une et l’autre et perd un laps de temps à chaque changement. Au final, aucune des deux tâches n’est réellement bien faite et elles ont pris davantage de temps.

f) Le batch working pour gagner du temps

Travailler en batch consiste à regrouper des activités similaires. Un community manager peut, par exemple, commencer par rédiger tous ses contenus le lundi, puis faire toutes ses infographies le mardi et enfin planifier toutes ses publications le mercredi. Cette façon de travailler permet d’optimiser son temps et d’être plus efficace. En réunissant les tâches d’un même type, on ne perd pas de temps à passer d’une activité à l’autre, d’un outil à un autre : on est plus productif.

g) Savoir déléguer ce qui peut l’être

S’organiser en freelance, c’est aussi savoir déléguer. Chacun a son expertise. Un graphiste pourra s’occuper de créer la bannière parfaite pour votre site web. Un photographe saura sublimer vos créations artistiques. Un rédacteur web SEO rédigera les textes de votre site internet et les articles de votre blog (ça, c’est mon truc 😉). Si l’administratif devient pesant dans l’emploi du temps, il est tout à fait possible de le confier à une tierce personne pour qui c’est la spécialité. Ce temps gagné sera mis à profit pour s’occuper de ses clients ou développer son activité.

h) Les pauses ne sont pas optionnelles

Gérer freelancing + CDI n’est pas toujours évident. Il faudra forcément prendre du temps le matin avant de commencer sa journée de salarié ou s’y mettre en fin de journée pour avancer son travail d’indépendant. Parfois, s’accorder quelques heures le week-end pour finaliser ce qui n’a pu l’être en semaine sera inévitable. C’est exactement ce que je fais pour réussir à avancer sur les deux fronts.

Toutefois, une dernière méthode de travail pour être efficace… Savoir faire des pauses et prendre des vacances ! On peut être tenté de ne pas compter nos heures et de travailler tout le week-end. Mais à trop tirer sur la corde, elle finit par casser. Dans l’organisation de l’activité du freelance, il est primordial de se fixer ses horaires de travail, d’inclure des jours de repos et de planifier des vacances (même si, comme moi, vous êtes en mode side-project).

4. Utiliser des outils pour gagner du temps et mieux s’organiser en freelance

Gérer son quotidien de freelance… Pas toujours facile ! Avec plusieurs clients et projets, s’organiser dans son travail relève parfois du casse-tête. Heureusement, en plus de l’agenda papier, il existe de nombreux logiciels de gestion pour le freelance. Attention toutefois à ne pas vous encombrer d’outils, au risque qu’ils finissent par vous faire finalement perdre du temps. Mieux vaut ne choisir qu’un ou deux outils, mais les exploiter au maximum.

a) Outils pour gérer ses projets en freelancing

Trello

Pour s’organiser en freelance, je recommande à 200 % mon logiciel chouchou : Trello. Il me permet de gérer plusieurs projets en même temps et de toujours savoir où j’en suis pour ne pas manquer mes deadlines. Le principe de cet outil est d’organiser ses projets sous forme de tableaux. Simple d’utilisation, il suffit de comprendre ce que sont un tableau, une liste et une carte. Pour ma part, j’ai un tableau par client, l’état de progression est représenté par les listes (futurs articles, en cours, en relecture, terminé…) et chacun des articles à rédiger est une carte. Dès qu’un article est écrit, je le fais passer de la liste « en cours » à « en relecture ».

Il est possible d’ajouter des check-lists pour détailler les actions à faire (par exemple : recherche, écriture, ajout de photos…). L’affichage en mode calendrier offre une vision complète du mois, ce qui permet de suivre très facilement les priorités. Le tableau peut être partagé avec d’autres personnes, essentiel pour interagir et se coordonner avec le client. Ainsi, celui-ci peut suivre la planification, l’avancement du travail, ajouter des informations… Il y a encore de nombreuses fonctionnalités gratuites, très agréables et utiles, mais faire un guide Trello n’est pas l’objectif de cet article, alors poursuivons. 😉

Les calendriers

Les calendriers en ligne complètent ou remplacent les agendas papier. J’y note tout ce qui n’est pas directement relié à un projet :

  • rendez-vous ;
  • visioconférences avec les clients ;
  • administratif ;
  • et les fameuses 3 tâches quotidiennes à réaliser.

Les outils de prise de notes

À défaut du post-it que l’on perd facilement, les applications pour prendre des notes ne manquent pas. J’utilise tout simplement l’application Notes de mon téléphone, car je n’aime pas m’encombrer d’outils. En complément de Trello et du calendrier, il fait très bien l’affaire. Je sais tout de suite où regarder lorsque je cherche une information notée sur le vif.

b) Outils pour optimiser son temps de freelance

Toggl

Je viens à peine de découvrir Toggl, outil qui permet de monitorer son temps. Je ne l’ai donc pas encore testé sous tous les angles, mais mes premières impressions se sont révélées très positives. Facile à prendre en main et intuitif, il me semble être indispensable dans la vie d’un freelance. Comment cela fonctionne ? Dès que l’on commence une activité, on lance le monitoring. Quand on s’arrête, on stoppe le chronomètre. Les données sont enregistrées par projet et par client. Il est donc très facile de voir à la fin d’un projet, en fin de la semaine ou mensuellement la répartition de son temps.

Pour celui qui facture à l’heure, il deviendra son meilleur ami. Sinon, il reste d’une grande aide pour :

  • savoir si l’on est rentable ;
  • réajuster son temps ;
  • fixer ses tarifs au plus juste ;
  • donner des délais précis à ses clients ;
  • mieux s’organiser en freelance.

Matrice d’Eisenhower

Pour cet outil, pas besoin d’ordinateur. Un papier et un stylo suffissent amplement. La matrice d’Eisenhower permet de répartir ses tâches en quatre catégories selon leur degré d’urgence et d’importance. Une fois le tableau rempli, on y voit plus clair et on sait comment traiter chaque activité :

  • Urgent et important : à faire (livrer à son client un travail attendu pour le lendemain).
  • Urgent mais pas important : à déléguer (répondre à certains e-mails).
  • Pas urgent mais important : à planifier (développer sa visibilité sur Internet).
  • Pas urgent et pas important : à supprimer (scroller le fil d’actualité d’un réseau social).

Il existe encore d’autres outils pour booster votre productivité, n’hésitez pas à les essayer.

S’organiser en freelance, ce qu’il faut retenir ?

L’organisation est propre à chacun. Il y a beaucoup de bonnes pratiques, mais chaque travailleur indépendant doit trouver celle qui lui correspond. En explorant comment mieux vous organiser dans chacune des 4 grandes catégories que l’on vient de voir, il y a fort à parier que vous gagnerez en efficacité et bien-être :

  1. Faire place nette dans son cerveau.
  2. Désencombrer son bureau.
  3. Tester différentes méthodes de travail.
  4. Adopter des outils de gestion.

Alors, dans laquelle de ces catégories pensez-vous avoir besoin de vous améliorer ? Partagez dans les commentaires les actions que vous aimeriez mettre en place pour mieux vous organiser.

Source Livementor

5 erreurs courantes qui compliquent le télétravail

Il semble que nous nous soyons habitués au télétravail, mais... faisons-nous tout correctement? De nouveaux défis pour atteindre la productivité et le bien-être et certaines erreurs à surveiller apparaissent.

A ce stade, la plupart des personnes qui télé-travaillent ont pris certaines habitudes et fait les changements pertinents dans leur espace de travail. Il n'en reste pas moins que la productivité et le bien-être sont confrontés à de nouveaux défis et qu'il faut tenir compte de certaines erreurs:

1. Ne pas se fixer d’horaire. Comme nous nous sommes habitués à la flexibilité du travail à domicile, ce qui au départ consistait à travailler selon des heures de travail fixes, avec quelques pauses, s’est transformé maintenant en un travail à la demande en fonction du volume. Ce désordre peut entraîner de la fatigue et de la procrastination, c'est-à-dire, reporter les tâches à plus tard.

2. Se réfugier dans le travail individuel. Le télétravail ne signifie pas ne plus faire partie d'une entreprise et, surtout, d'une équipe. Il est important d'être en contact avec les collègues, de faire des réunions de suivi et de continuer à promouvoir le travail commun. En effet, travailler en équipe n'est pas chose facile et, après y être parvenu, perdre cette habitude reviendrait à ralentir la dynamique du groupe.

3. Oublier la période de l'année dans laquelle nous nous trouvons. Dans beaucoup d'entreprises, le télétravail semble être voué à rester, aussi, outre le fait d'avoir trouvé un endroit à la maison pour travailler, nous devons tenir compte de la façon dont les heures de lumière naturelle nous affectent selon la saison, et déterminer quand nous avons besoin d’un éclairage artificiel pour mieux nous concentrer. Il est important de se positionner en fonction de la main dominante pour éviter les reflets sur le bureau, renforcer l'éclairage général avec une lampe de table réglable (comme la lampe INVITING) ou toujours projeter une lumière chaude, de 4000K.

4. Planifier uniquement à court terme. Le fait de s'être habitué à une situation incertaine ne signifie pas que l'entreprise n'a pas d'objectifs à long terme ni que nos aspirations professionnelles soient limitées au jour le jour. L'entreprise, comme notre projection professionnelle, doit continuer à progresser, même si elle tient compte du fait que la situation future n'est pas certaine, et nécessite que nous allions tous dans le même sens. Nous ne devons pas renoncer à notre ambition et à notre envie de relever de nouveaux défis.

5. Mettre de côté les loisirs. Entre le fait que notre espace quotidien s'est vu réduit à notre domicile et que les restrictions ne nous permettent pas beaucoup d’interagir avec l’extérieur, la plupart des gens ont abandonné leurs activités de loisirs. Il est important de les récupérer, quitte à changer la façon dont elles sont pratiquées ou sans trop bouger. En effet, les loisirs sont nécessaires pour se vider l'esprit, se reposer et se remettre à la tâche avec plus d’entrain.

Source Faro Barcelona

Le top 10 des outils pour se lancer dans le télétravail !

Le télétravail a le vent en poupe ! Pour répondre à des problématiques de recrutement de profils qualifiés ou face à des salariés à la recherche de plus de flexibilité, le sujet du télétravail est régulièrement évoqué et mis en oeuvre.

On estime aujourd’hui qu’entre 8 et 20% des salariés pratiquent le télétravail de façon quotidienne ou occasionnelle, que ce soit chez eux ou dans un espace de co-working.

Qu’il soit partiel ou complet, il représente pour nombre d’employeurs et salariés une solution idéale ... s’il est suffisamment encadré. Les craintes les plus communes sont le risque d’isolement, le manque de cohésion avec l’équipe, la difficulté de trouver des alternatives aux échanges oraux entre collègues et l’accessibilité aux ressources nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise.

La dématérialisation des outils de travail a forcément permis de faire un grand pas en avant dans le développement de cette nouvelle organisation. Les logiciels Saas, accessibles depuis n'importe quel appareil sitôt que l’on dispose d’une connexion internet, vont permettre à chacun de connecter à ces outils depuis chez lui ou d’un espace de co-working.

Nous avons listé 10 outils clés qui vont faciliter la vie des télétravailleurs et accompagner les ressources humaines dans la mise en oeuvre d’une organisation plus souple du travail.

Yousign, pour signer à distance tous vos contrats

Nous ne ferons évidemment pas l’impasse sur la signature électronique. Elle permet d’envoyer vos contrats et de signer à distance et en quelques clics n’importe quel document de manière sécurisée et avec une véritable valeur juridique. Yousign dispose des plus hauts niveaux de certification européens et met à disposition de ses utilisateurs une application Saas ainsi qu’une API permettant d’intégrer les fonctionnalités de ses solutions de signature numérique directement dans vos outils.

Spendesk, pour gérer simplement vos dépenses

La gestion des dépenses et notes de frais devient un véritable jeu d’enfant avec Spendesk. Les demandes de paiement ou de remboursement de note de frais se font directement en ligne tout comme la récolte des justificatifs. Vous gardez ainsi un oeil sur vos dépenses depuis un seule plateforme centralisant votre budget global ou par service et analysez facilement la part de chacun de vos postes de dépense.

Airtable, pour organiser vos projets en équipe

Dites adieu à vos tableaux Excel ! A mi-chemin entre le tableur et le gestionnaire de base de données, Airtable a réussi le pari d’intégrer l’ensemble des fonctionnalités des outils de gestion de projets dans une seule plateforme. Génération automatique de Gantt, méthodologie kanban, intégration de fichiers et visuels … chaque métier y trouvera son compte que ce soit dans le développement d’un produit, la gestion d’un calendrier éditorial ou le suivi de performances.

Slack, le must-have du travail collaboratif

 

Est-il encore nécessaire de présenter Slack ? Cette messagerie extrêmement intuitive est devenu un outil essentiel dans le fonctionnement des entreprises. Discussion en 1to1, channels dédiés par équipe ou par projet et surtout … une très longue liste d’intégration avec une large majorité des outils disponibles sur le marché permettant de suivre et d’automatiser tous vos flux de communication que ce soit en interne ou avec vos prestataires externes.

Miro, un tableau blanc pour schématiser tous vos process

Miro va permettre d’échanger visuellement sur tout type de projet au moyen de systèmes de schématisation virtuels et de post-its. Il est notamment utile pour tous les usages issus du lean management et permettra à chacun d’interagir en temps réel avec le “whiteboard”. La plateforme est particulièrement adaptée pour la réflexion autour du développement de produits ou pour les équipes design.

Aircall, passez vos appel en toute simplicité

Inutile d’utiliser une ligne fixe personnelle ou d’être collé en permanence à votre mobile. Aircall permet aux équipes Sales ou Care d’appeler leurs clients directement depuis leur ordinateur. La plateforme d’appel se connecte facilement aux principaux CRM ou outils de ticketing (SalesForce, Hubspot, Zendesk…) facilitant ainsi le suivi des prises de contact et demandes clients. Votre ligne pro vous suit partout.

Slite, la centralisation de toutes vos informations

Slite va vous permettre de centraliser et de structurer toutes les connaissances et informations clés de l’entreprise. Base de données de connaissances, bibliothèque en ligne, prise de note… Ne laissez plus les idées disparaître et permettez à chacun d’avoir accès aux informations essentielles qui circulent dans l’entreprise. L’outil, ludique et intuitif, permet de conserver et de retrouver simplement toutes les données importantes : processus de travail, bases de données documentaires, suivi de projets, compte-rendus de réunion…

Payfit, la gestion des RH en ligne

Logiciel de paie et SIRH, Payfit va non seulement permettre aux équipe RH de dématérialiser leurs processus de gestion administrative mais va également permettre aux équipes d’accéder en ligne à leurs bulletins de paie ou encore de réaliser leurs demandes de congés. Ils peuvent en quelques clics consulter leur solde de congés et être informés de l’absence d’un membre de leur équipe.

Swile, une app dédiée à la vie d’équipe

Swile, ex-LunchR, déjà connu pour son service de carte titres-resto, a étendu son activité à la simplification et à la stimulation de la vie en équipe ! L’app propose désormais le suivi et l’organisation d’événements, la gestion de cagnottes, les remboursements entre collègues... Vous n’aurez plus d’excuse pour avoir oublié l’anniversaire des membres de votre équipe 😉

GSuite, tous vos documents accessibles en ligne

La suite Google est presque devenue inévitable pour les équipes en télétravail. Gdocs, Gslides, Gsheets vous permettront de créer tous vos documents en ligne, de les partager et d’échanger de manière collaborative avec vos collègues. Tous les fichiers pourront ensuite être stockés sur Google Drive et facilement accessibles où que vous soyez via votre compte Google.

BONUS : Discord, un outil pour Gamers idéal pour les échanges entre collègues

Face à la pression de nos équipes de développeurs, nous avons décidé de vous parler de Discord. Initialement créée pour les échanges entre gamers, la plateforme est devenu un indispensable pour discuter en direct sur un projet de manière fluide. Échanges vocaux, partage d’écran, visioconférence permettent aux salariés en télétravail d’interagir comme s’ils étaient tous réunis autour d’une table.

Source Yousign

Télétravail, comment préserver ses yeux

Le télétravail est une pratique professionnelle grandissante et récente. Les salariés apprécient cette possibilité de gérer leur travail de chez eux et une hausse de leur production de 22% a été constatée par de multiples études. Si Le télétravail offre des avantages certains, quel impact peut-elle avoir sur notre santé visuelle ? Comment prendre soin de ses yeux en télé travaillant ?

Le télétravail : nouveaux risques pour les yeux  ?

Environ 4 emplois sur 10 pourraient se faire exclusivement en télétravail selon le ministère du travail. Tous les métiers ne sont pas concernés de la même façon, ainsi un élagueur ne pourra pas passer au télétravail alors que presque tous les emplois administratifs, si !

QUELS RISQUES SUPPLÉMENTAIRES POUR LES YEUX LORS DU TÉLÉTRAVAIL ?

Il est légitime de se demander ce qui  fait courir plus de risques à nos yeux : passer 8h par jour derrière un ordinateur au bureau ou bien chez soi ! Cette nuance réside dans :

  • les pauses obligatoires sur le lieu de travail,
  • les installations et aménagements qui doivent répondre à des normes vérifiées par la médecine du travail
  • les éventuelles réunions qui se passent en présentiel et qui éloignent de l’ordinateur,
  • les interactions avec les collègues qui permettent de ne pas avoir recours aux smartphones pour assouvir des besoins d’échanges sociaux,
  • les temps de trajet qui peuvent « déconnecter » des écrans.

Les maladies visuelles liées au télétravail

L’INRS n’a pas, à ce jour, démontré de pathologie directement liée à l’usage de l’ordinateur. En effet, la fatigue visuelle n’étant pas irréversible, l’INRS estime qu’un peu de repos permet d’en effacer les symptômes rapidement. Néanmoins des chercheurs internationaux réalisent des études sur la myopie comportementale pour déterminer l’impact réel de l’usage d’écran au quotidien, que ce soit dans le cadre professionnel ou non.

Le télétravail en France

En Europe l’emploi du télétravail est  assez disparate. Certains pays comme les Pays-Bas ou la Finlande ont environ 14% de leurs salariés qui utilisent le télétravail alors que d’autres comme la Roumanie ou la Bulgarie ont moins de 1% de leur salariés en télétravail. En France, seuls 3% de la masse salariale sont en télétravail au moins un jour par semaine et 7% quelques jours par mois. Mais les multiples grèves ont permis de répandre cette pratique professionnelle à laquelle a eu recours près d’un salarié sur 3 fin 2019. 8 millions de salariés pourraient recourir au  télétravail en France, selon les estimations du ministère du travail. Cette problématique a de plus été largement mise en lumière par la crise sanitaire de 2020. 

Télétravail et confinement : attention aux yeux

Le télétravail permet à environ un salarié sur trois de maintenir son activité professionnelle durant les crises et perturbations nationales et internationales. Cela a été le cas pendant la période de confinement liée au coronavirus. Dans l’urgence d’instaurer le confinement, peu d’employeurs et d’employés ont pensé à aménager leur espace, temps et conditions de télétravail. C’est pourquoi une vigilance est nécessaire pour ne pas abîmer ses yeux dans ce contexte très précipité et particulier qu’est le confinement.

Ostéopathes et opticiens au service des télétravailleurs

Les ostéopathes et les opticiens peuvent permettre aux  télétravailleurs de trouver des solutions quant aux troubles posturaux ou visuels que cette pratique de travail à domicile peut impliquer.

Les symptômes d’une fatigue visuelle due au télétravail

La fatigue visuelle se manifeste par des maux de tête, par une gêne visuelle comme une vue trouble, des rougeurs, des sensations de brulure ou de démangeaison au niveau des yeux, un syndrome d’œil sec.

À SAVOIR

Pourquoi ressent-on une fatigue visuelle en travaillant sur ordinateur ?

En travaillant sur ordinateur, nous sommes concentrés sur notre tâche, notre regard est fixe donc nous clignons moins des paupières. Ce manque de clignement entraine une évaporation des larmes et une moindre lubrification de la cornée. Rappelons qu’à chaque battement de paupière, le gel lacrymal vient recouvrir nos yeux pour assurer leur hydratation et notre confort oculaire. Le fait d’accommoder continuellement et intensément, en regardant des écrans trop proches, fatigue également les yeux.

Les 4 règles pour préserver les yeux lors du télétravail

Afin de profiter de la liberté d’organisation et du confort de rester chez soi qu’offre le télétravail sans faire souffrir nos yeux, voici quelques conseils à appliquer.

1) S’équiper correctement pour aider les yeux au télétravail

Depuis la loi Travail II de septembre 2017, l’employeur n’est plus obligé de fournir les outils nécessaires au télétravail : téléphone, ordinateur, connexion internet sont à définir de concert pour trouver la formule la plus adéquate à chaque contrat.

Choisir son ordinateur pour le télétravail

Les écrans LCD ont l’avantage de moins fatiguer les yeux, sa taille doit permettre aussi un confort de lecture optimal. Les filtres aujourd’hui disponibles pour limiter la lumière bleue sont aussi des atouts à ne pas négliger.

Porter des lunettes pour télétravailler

Lorsque des corrections visuelles sont prescrites, il ne faut pas attendre de ressentir les premiers signes de fatigue visuelle pour les porter. Il est même recommandé aux emmétropes, les personnes qui ne souffrent d'aucun trouble de la vision, de porter des lunettes pour se protéger de la lumière bleue émanant des écrans. Des filtres sont bien sûr disponibles pour les lunettes correctrices.

2) Aménager le lieu de télétravail et limiter la fatigue visuelle

Être en télétravail demande de trouver un espace où être confortablement installé pour être efficace dans ses missions. Cela demande un temps de réflexion pour trouver et aménager le lieu idéal.

3) S’imposer des pauses pour détendre les muscles oculaires

Se retrouver seul devant son écran de travail, chez soi peut faire oublier de respecter ses rythmes biologiques fondamentaux ! Il faut donc s’astreindre une discipline personnelle en gérant son temps pour s’accorder les pauses qui sont indispensables à notre équilibre et au besoin de récupération de nos yeux. On estime que la durée idéale d’une pause correspond à 10% du temps passé sur l’écran, par exemple 9/10min toutes les 1h30 de travail. Mais il ne faut pas attendre d’avoir mal aux yeux pour faire une pause, et il ne faut pas non plus utiliser d’autres écrans durant cette pause qui doit permettre aux yeux de se reposer.

4) Les 5 gestes qui soulagent les yeux lors du télétravail

  • Laisser aller le regard au loin ponctuellement pendant le télétravail

Durant la pause mais aussi quelques secondes par ci par là durant votre travail, penser à regarder au loin sans chercher à voir net. Cela permet à vos muscles oculaires de se relaxer et de quitter la fixité dans laquelle ils sont lorsque vous travaillez sur écran.

  • Cligner des yeux pendant le télétravail

Pour éviter aux yeux de se dessécher, il faut penser fréquemment à les fermer. Ce sont les paupières qui, en se fermant, déposent le liquide lacrymal sur la cornée. Garder les yeux fermés pendant quelques secondes permet de les ré-hydrater.

  • Bouger, sortir lors des pauses de télétravail pour détendre les yeux

Concentré sur les taches informatiques, on peut ne plus prendre le temps pour se dégourdir les jambes… Pourtant cet exercice simple est bénéfique pour tous les muscles de notre corps, et ceux oculaires aussi. Ne plus être fixes permet une détente des yeux. Il est donc recommandé de marcher, d’aller se balader durant les pauses.

  • Redresser la tête et les épaules pour limiter la fatigue visuelle

Déployer la cage thoracique, baisser les épaules et étirer le cou, comme si un fil imaginaire tirer la tête vers le haut. Voici un exercice simple qui permet aux muscles du cou de se relaxer, aux épaules de se détendre et aux poumons de retrouver un rythme plus serein et de se remplir plus pleinement ce qui favorise l’oxygénation des yeux.

  • La technique du palming pour relaxer les yeux durant le télétravail

Le palming consiste à poser les mains sur les yeux pour leur offrir une parfaite obscurité et à exercer une pression sur des zones clés du visage comme les arcades sourcilières et les pommettes, qui sont moins sollicitées en télétravail qu’en compagnie de collègues. En effet, le recours à nos muscles faciaux diminue puisque nous nous exprimons moins seul devant notre ordinateur qu’en discutant avec des collègues. Durant cette apposition des mains, il convient d’alterner moments d’ouverture et de fermeture des paupières, tout en pensant à respirer profondément pour vous apporter un moment de bien-être.

Pour aller plus loin dans les exercices bénéfiques aux yeux et être plus acteur de votre santé visuelle, pensez à la gymnastique des yeux.

Source Opticiens par conviction

Télétravail : 5 exercices de yoga pour soulager son dos

Le télétravail obligatoire (ou fortement conseillé) a fait que l'on passe beaucoup de temps sur une chaise qui n'est pas forcément dédiée au travail de bureau. Que vous ayez investi ou non, il est important que vous puissiez soulager votre dos pour ne pas ressentir de douleurs. Et vous êtes malheureusement nombreux.euses à vous être plaint de douleurs qui n'étaient pas là avant. Fort heureusement, tout ceci n'est pas irrémédiable. Pour vous soulager, la rédaction vous présente aujourd'hui 5 exercices de yoga, faciles à faire, rapides, et qui vous éviteront bien des désagréments.

L'astuce ultime en télétravail : le tabouret

Avant de vous proposer nos postures favorites, une astuce testée et approuvée par la rédaction. Sous votre bureau, placez un petit tabouret. Allongez-y vos jambes et calez-vous bien au fond de votre fauteuil de bureau, le.a plus droit.e possible. Le fait de travailler ainsi améliorera votre posture et soulagera vos yeux qui seront plus loin de l'écran. Si vous avez des fourmis dans les jambes, reposez-les, faites un petit tour et revenez vous positionner avec les jambes tendues. Vous nous en direz des nouvelles !

1 - La posture du chat

Déroulez votre tapis de yoga, verrouillez vos épaules au-dessus des poignets et vos hanches, alignées avec les genoux. De cette manière, c'est la colonne vertébrale qui travaille, et non pas les genoux.

Sur une première inspiration, dirigez le sternum vers l'avant. Creusez légèrement votre dos et gardez le regard bien droit (ne forcez pas sur la nuque). Sur l'expiration, mettez vos fesses vers le sol (posées sur vos talons par exemple), arrondissez le dos et repoussez le sol à l'aide vos bras. Aspirez avec le ventre et alternez ces deux positions sur une dizaine de respirations au moins.

2 - La posture de l'aigle

Elle permet surtout de soulager les tensions dans le haut du dos. On peut la pratiquer debout sur son tapis de yoga ou bien assis.e, devant son ordinateur. Commencez par tendre les bras puis croisez le coude droit sur le coude gauche. Pliez les bras et si possible, croisez vos poignets avant de ramener vos paumes l'une contre l'autre. Si vous n'y arrivez pas, attrapez juste votre pouce droit. Éloignez au maximum vos triceps et vos avant-bras de votre visage.

Vous verrez, le dos (au niveau des omoplates) va s'étirer. Et pour la version debout : pliez légèrement les deux jambes, croisez la gauche sur la droite. Ramenez si possible le dessus du pied gauche derrière le mollet opposé. Faites le maximum pour garder les hanches et les épaules de face. Changez de côté après plusieurs respirations.

3 - La posture du cobra

Ici, il faudra vous allonger totalement sur votre tapis de yoga, à plat ventre. Un exercice très utile pour se "déplier" et contrebalancer une posture assise maintenue trop longtemps. Alignez parfaitement vos jambes et relevez le haut du corps à l'aide de vos bras. Essayez de ne pas trop creuser le dos et soulevez plutôt votre bassin. Tenez la position quelques secondes en n'oubliant pas de bien respirer.

4 - La posture du sphinx

Pour tou.te.s ceux.celles qui ont du mal avec la posture précédente (et il n'y aucun mal), la posture du sphinx sera idéale. C'est exactement la même position à la différence qu'on se maintient uniquement sur ses avant-bras, tout en creusant exagérément le dos. Le tout, sans décoller le bassin du sol. La colonne vertébrale s'étire et les douleurs s'amenuisent.

 

5 - La posture de la montagne

Ici, on va venir étirer les muscles du tronc. C'est une position facilement réalisable, pieds nus, sur son tapis de yoga. Ou bien au bureau. On écarte les jambes en répartissant équitablement le poids sur chacune d'elles. On monte doucement les bras vers le ciel en venant joindre les deux mains l'une contre l'autre. Ainsi, on forme un triangle au-dessus de sa tête qui ressemble à une montagne. Tenez l'exercice quelques secondes en n'oubliant pas de respirer bien profondément.

Mal de dos, aux poignets, sensation de jambes lourdes, cou crispé... ces maux liés au télétravail seront de l'histoire en ancienne pour vous grâce à ces quelques postures. D'ailleurs, quelles sont vos postures de yoga favorites à faire avant ou après votre journée de travail ? Venez en discuter sur nos forums.

On vous aide également à continuer votre chemin vers le bien-être en vous décryptant les bienfaits du silenceOn vous partage aussi 10 conseils pour s'octroyer du temps libre lorsqu'on est en télétravailEt enfin, on vous met en garde contre la productivité toxique liée au télétravail.

Source The Body Optimist

Freelances : trois paramètres à prendre en compte pour établir votre tarif

DEVENIR FREELANCE - Facturer au temps passé ou à la journée ? Voici quelques conseils pour définir le prix de ses prestations, et les défendre auprès de ses clients.

« Et combien ça me coûterait de travailler avec vous ? » Cette question arrive très souvent à la fin d'un premier appel avec un potentiel client. C'est la question que beaucoup d'entre vous redoutez. Certains annonceront un prix à la journée, d'autres donneront une estimation globale du prix du projet. Je fais partie d'une troisième catégorie.

Avant d'annoncer un prix à la volée, j'ai besoin de prendre le temps de réfléchir au périmètre du projet, aux implications de chacun, au niveau de maturité de mon client, aux résultats de mon intervention, et à mon niveau de confiance.

Démontrer votre valeur

Quand votre client vous demande le coût du projet, il veut anticiper la somme qu'il devra prendre de son enveloppe trimestrielle. Mais ce coût-là est très différent de son prix et de sa valeur. Ces trois paramètres (coût, prix et valeur) font tous parties de l'équation d'un prix juste pour votre client, comme pour vous.

#1. Le coût de votre service est relatif au temps passé sur la mission, ainsi qu'aux coûts structurels de votre activité (bureau, matériel, outils, logiciels, administratif, assistant virtuel…). Si votre prix est égal à vos coûts, vous ne faites pas de profit. Vous ne perdez pas d'argent, mais vous n'anticipez pas la suite de votre aventure, les temps morts ou vos futurs investissements.

#2. Le prix que votre client va payer est donc l'addition du coût et du profit. Et si l'on veut simplifier, votre projet correspond au niveau de valeur proposé pour cette mission.

#3. La valeur d'une mission est une notion difficile à intégrer. Mais sachez une chose : plus votre intervention a une corrélation directe avec le revenu de l'entreprise, plus il sera facile de démontrer votre valeur. Si vous vous adressez à des particuliers, vous pouvez prendre en compte les bénéfices personnels de votre collaboration.

Facturer au temps passé ou comment saboter son efficacité

Vous accompagnez vos clients dans la création de leur identité graphique (logo, typographie, couleurs, ton, valeurs, manifeste…). Maintenant, vous démontrez l'impact business d'une identité forte, comme élément de différenciation sur un marché donné où toutes les entreprises se ressemblent. Alors, vous n'êtes plus un énième graphiste qui fait de beaux logos. Vous êtes un partenaire business qui comprend les enjeux commerciaux et financiers derrière un simple logo.

Vous êtes photographe spécialisé sur les mariages de votre région. Pour vous différencier des autres indépendants sur le marché, vous avez plusieurs options. L'une d'entre elles concerne votre discours et votre approche de la photographie de mariage. Vous permettez à un couple de jeunes mariés de se projeter grâce à votre travail, mais également en anticipant toutes leurs demandes et en les inscrivant dans un résultat final. Vous êtes au clair sur votre organisation et votre approche de cet événement. Vous n'êtes plus seulement un prestataire mais un véritable partenaire qui sera là le jour J en cas d'imprévus.

Un client ne vous achète jamais une prestation. Il vous achète la résolution de son problème. Il est donc de notre responsabilité de présenter la valeur de notre solution. En facturant au temps passé, vous vous pénalisez d'être efficace… Après plusieurs années, une tâche qui vous prenait 5 heures, ne vous en prend plus que 2 heures. Est-ce que vous n'allez facturer que 2 heures pour autant ? (…)

Déterminer le bon prix gagnant

L'un des premiers réflexes pour déterminer son prix, c'est d'aller voir du côté des plateformes et d'observer les tarifs pratiqués par d'autres freelances sur sa thématique. Même si c'est une première approche intéressante, elle est loin d'être suffisante. Vous ne connaissez pas l'envers du décor de ces freelances. C'est comme être dans un supermarché et tenter d'identifier les meilleurs produits, seulement sur un prix produit (sans même avoir vu le packaging).

Ces recherches sur ces plateformes sont gratuites, alors ne vous en privez pas. Elles restent un bon indicateur pour connaître l'échelle de prix pratiquée et ne pas être complètement hors-jeu. Mais ensuite, vous devriez prendre en compte trois critères importants.

#1. Vos objectifs à court, moyen et long terme. Vous ne vous êtes pas lancé par hasard, et ces raisons seront fortement corrélées à vos objectifs. Grâce à la méthode des 90 jours , vous découpez vos objectifs financiers par trimestre pour vous donner un ordre d'idée du chiffre d'affaires qu'il va falloir encaisser.

#2. Vos coûts structurels mensuels. La plupart des freelances qui se lancent n'ont que très peu de coûts. Ils travaillent de chez eux, ont un ordinateur et quelques abonnements et démarrent avec un statut d'auto-entrepreneur (avec le règlement des charges sociales et de la TVA). Il n'empêche qu'il est important de lister puis de comptabiliser l'ensemble de ces charges sur l'année (pour anticiper les éventuels imprévus). Par ailleurs, votre activité va se développer et avec elle, de nouveaux coûts vont arriver. Il est donc intéressant de prendre votre structure de coût dès le jour 1.  

#3. Le nombre de jours dédiés à vos clients. Enfin, il est utopique de penser que vous allez facturer 100 % de vos journées travaillées. Il faut penser aux tâches administratives, au suivi de vos opportunités commerciales, au développement marketing de votre activité, à l'apprentissage de nouvelles compétences (lectures, conférences, formations…), et même à la création de contenus.

Il faut donc prendre en compte ces trois paramètres pour le calcul de votre taux journalier moyen (TJM).

Source Les Echos Entrepreneurs

Télétravail : les visios vous épuisent ? Trois conseils pour préparer votre prochain Zoom

Un expert explique pourquoi les appels vidéo vous épuisent et donne 3 conseils simples pour combattre la fatigue de la visioconférence. 

Le travail hybride semblant être la norme pour de nombreux employés de bureau en 2021 (et 2022), il est peu probable que le problème de l'épuisement dû aux visioconférences disparaisse. Les raisons de cette fatigue vont de la lassitude à regarder sa propre image à l'écran à la conversation non naturelle, que nécessitent les appels vidéo.

Selon le cabinet de conseil Robert Half, 38% des travailleurs américains interrogés en novembre 2020 ont souffert d'une forme de fatigue liée à Zoom. Une étude de l'université de Stanford publiée en avril 2021 suggère, quant à elle, que les femmes connaissent des niveaux de fatigue Zoom plus élevés que les hommes. Karin Reed est coach en communication et co-autrice de "Suddenly Virtual" (non traduit, ndlt), qui a pour but d'aider les managers et les employés à faire face au changement soudain en ligne.

Voici ses conseils pour combattre la fatigue des visioconférences :

1. En faire le moins possible !

Réduire le nombre de réunions est le point de départ évident, a énoncé Karin Reed. Avant d'en programmer une, vous devez vous demander si des tâches spécifiques nécessitent une réunion et si vous utilisez vos réunions de la bonne manière. "Si vous utilisez une réunion uniquement pour partager des informations et qu'il n'y a aucune attente de discussion ou de dialogue, il ne s'agit pas d'une réunion hybride efficace", a-t-elle déclaré.

Les réunions doivent avoir un but précis et être plus courtes — 45 minutes maximum — et s'assurer que vous, en tant qu'hôte, restez sur la bonne voie, a indiqué Karin Reed. Vous devez également prévoir un temps de récupération entre les réunions, a-t-elle ajouté.

Moins de réunions ne signifie pas forcément une moins bonne communication. Réfléchissez à la manière dont vous pouvez communiquer l'information par d'autres moyens, a ajouté l'experte, soulignant que l'enregistrement de méthodes vidéo asynchrones et audio asynchrones est de plus en plus populaire.

Enregistrer une vidéo de votre présentation et la poster dans un canal Slack pour que les gens puissent la regarder à leur rythme peut être beaucoup plus efficace et "plus riche" que de composer un e-mail de 300 mots, a-t-elle ajouté.

2. Préparez les réunions pour optimiser votre temps

Les réunions peuvent souvent sembler écrasantes parce que nous n'avons pas assez de temps pour les préparer correctement. L'envoi de documents et de rapports à l'avance est "essentiel", tout comme le fait de "mettre les gens au pied du mur" pour s'assurer qu'ils les ont lus, a déclaré Karin Reed. Il est également indispensable de veiller à ce que tous les membres de l'équipe soient correctement formés, a ajouté la spécialiste, en précisant qu'il ne s'agit pas seulement de l'utilisation de la technologie, mais aussi de la manière de communiquer efficacement — ces deux aspects pouvant être à l'origine de frictions.

Dans un environnement de travail hybride, il est également essentiel de se mettre d'accord sur la manière dont le travail va être effectué. "Veillez à ce que toutes les communications soient visibles, quel que soit le lieu", a affirmé Karin Reed. "Vous ne voulez pas créer un système à deux vitesses."

Cela nécessite cependant un niveau plus élevé de documentation et de toujours se demander si les gens ont accès aux mêmes informations, qu'ils soient au bureau ou à distance.

3. Désactiver la vision de vous-même

"Nous ne nous promenons pas avec un miroir sur le visage lorsque nous parlons aux gens en face à face", a déclaré Karin Reed. "Pour la première fois, beaucoup d'entre nous se voient communiquer en temps réel, et cela peut être déconcertant voire nous distraire."

C'est ce qu'on appelle parfois l'anxiété du miroir. La plupart des plateformes d'appel vidéo devraient disposer d'une option permettant de "masquer la vue de soi" et de retirer sa propre image de son écran, sans éteindre sa caméra. Dans certains cas, il est important que vos collègues puissent toujours lire vos signaux non verbaux. S'assurer que vous regardez droit dans la caméra pendant que vous parlez peut également réduire l'impact de devoir vous regarder, a déclaré Karin Reed.

Source Business Insider

RÉTENTION D’EAU : QUE FAIRE POUR L’ÉVITER PENDANT LE TÉLÉTRAVAIL ?

Le télétravail a sans doute changé nos habitudes quotidiennes, nous obligeant à passer de plus en plus de temps à la maison, sous le signe de la sédentarité. Cela peut être la cause de nombreux problèmes au niveau physique, psychologique et émotionnel. 

L’un des désagréments les plus courants est certainement la rétention d’eau, qui entraîne un gonflement et une lourdeur au niveau des jambes.

Voici une série de conseils et d’astuces très utiles pour lutter contre la rétention d’eau et limiter autant que possible les dégâts causés par le télétravail.

LA RÉTENTION D’EAU : CAUSES ET SYMPTÔMES

La rétention d’eau est une accumulation de liquide, en particulier de toxines, qui se produit dans les espaces intercellulaires d’un tissu.

Les causes les plus courantes de la rétention d’eau sont :

  • mauvaise circulation sanguine
  • immobilité prolongée qui réduit la circulation lymphatique, responsable de l’élimination des liquides en excès
  • alimentation déséquilibrée riche en sel et en sucre qui ralentit le processus diurétique, favorisant ainsi l’accumulation de liquides
  • certains médicaments comme ceux pour l’hypertension et les traitements hormonaux
  • abus d’alcool qui entraîne un ralentissement de la circulation et une stagnation du sang dans les vaisseaux sanguins
  • tabac qui cause une perte d’élasticité et de tonicité des vaisseaux sanguins, favorisant la stagnation du sang

Le principal signe de rétention d’eau est l‘œdème, un gonflement des tissus qui touche les zones où la couche de graisse est plus importante. Les symptômes les plus fréquents de la rétention d’eau sont le gonflement et une sensation de lourdeur dans les jambes, les pieds et les chevilles. Parfois, il arrive aussi que la peau change légèrement de couleur et devienne plus brillante.

COMMENT SAVOIR SI L’ON FAIT DE LA RÉTENTION D’EAU ?

Pour comprendre si on a de la rétention d’eau, il suffit de faire un test très simple. Il faut exercer une pression pendant quelques secondes avec le doigt sur une zone du corps, par exemple sur la cuisse. Si après avoir retiré le doigt, la marque reste encore bien visible, il est très probable que vous avez de la rétention d’eau. Si vous souhaitez un diagnostic plus fiable, vous pouvez effectuer un examen d’urine qui permet de déterminer les concentrations de certaines substances, en premier lieu le sodium.

DIFFÉRENCE ENTRE CELLULITE ET RÉTENTION D’EAU

Il ne faut pas confondre la rétention d’eau avec la cellulite.

La rétention d’eau est la tendance à retenir les liquides dans notre corps.

La cellulite, en revanche, est l’accumulation locale de graisses situées sous la peau qui crée un gonflement et ce qu’on appelle la “peau d’orange”.

RÉTENTION D’EAU ET TÉLÉTRAVAIL : REMÈDES

On peut faire beaucoup de choses pour limiter les dégâts d’un mode de vie sédentaire. De la posture au massage du corps, voici les conseils à suivre.

Posture

La première chose à faire contre la rétention d’eau est d’adopter une position de travail correcte. Il est important de ne pas croiser les jambes et de garder les épaules droites pour éviter l’apparition de malaises et de douleurs.

Exercices 

Il est conseillé de se lever de sa chaise toutes les heures et de marcher d’une chambre à l’autre, en faisant si possible de petits exercices qui stimulent la circulation sanguine. Par exemple, vous pouvez vous basculer de haut en bas, en déplaçant votre poids sur vos orteils et vos talons.

Position des jambes

Vous pouvez stimuler la circulation même lorsque vous êtes en position statique.  Lorsque vous êtes sur le canapé ou dans le lit, il suffit de garder les pieds légèrement surélevés à l’aide d’un oreiller.  Lorsque vous êtes assis, vous pouvez lever une jambe puis l’autre, en faisant rouler le pied plusieurs fois.

Vêtements

Quand on parle de rétention d’eau, les vêtements sont également importants. Il est bon, en effet, d’éviter les vêtements trop serrés qui peuvent compromettre la circulation et de préférer des vêtements confortables.

RÉTENTION D’EAU : SOINS DRAINANTS

Gommage du corps

Le gommage, surtout s’il est à base de sel et d’huiles essentielles, peut être une excellente solution.

Ce soin, effectué environ tous les quinze jours, permet de nettoyer la peau et, par le biais du massage, de favoriser la détoxification, aidant ainsi à lutter contre la rugosité et la rétention d’eau.

Enveloppement à la boue

Les boues sont composées d’une solution d’eau thermale et d’un composant argileux riche en oligo-éléments. 

Grâce à une action massante, ils aident à réactiver la circulation et à éliminer les toxines, luttant ainsi contre la rétention d’eau et l’accumulation de liquides en excès. 

Ce type de traitement de beauté agit sur la microcirculation locale grâce à la chaleur provoquée par la boue et les huiles essentielles qui composent le composé.

Dès les premières séances, la peau sera plus lisse, plus tonique et plus élastique et en cas de rétention d’eau, les bénéfices seront très évidents.

Massage drainant

Le massage drainant, également appelé massage lymphatique, agit principalement sur les systèmes lymphatique et circulatoire.

Il existe différents types de massage drainant qui ont pour fonction de drainer les liquides en excès.  Il est notamment utile pour lutter contre le gonflement qui se produit généralement en cas de mauvaise circulation.

Ce type de soin affecte certaines zones spécifiques du corps comme les jambes et le ventre, car ce sont les parties qui accumulent le plus de liquide.

Le massage drainant est effectué à l’aide d’huiles spécifiques qui favorisent l’expulsion des toxines et avec des mouvements circulaires qui partent du bas vers le haut afin de véhiculer les liquides vers la zone des reins. 

Ce soin doit être effectué au moins deux fois par semaine.

Pressothérapie

La pressothérapie consiste à exercer une pression externe sur les zones à traiter (généralement les jambes et l’abdomen), en utilisant des coussins spéciaux qui émettent des jets d’air.

Cette pression a une intensité qui est régulée par le dispositif relié aux coussins. Qui effectue une pressothérapie n’a pas besoin d’une préparation particulière, à l’exception du jeûne.

Pour la pressothérapie, il est essentiel de se rendre dans des instituts de beauté spécialisés.  Une seule séance dure environ une demi-heure et doit être effectuée deux fois par semaine pendant au moins un mois.

La pressothérapie est contre-indiquée dans certaines situations telles que : la grossesse, le diabète, l’insuffisance rénale, la thrombose, les varices et le diabète mellitus.

Bain de sel

Le bain de sel a une importante fonction drainante et anti-inflammatoire.

Il consiste à dissoudre un kilo de sel dans une baignoire remplie d’eau tiède. Ensuite, il faut rester dans la baignoire pendant environ 15/20 minutes, afin de permettre au sel d’effectuer son action drainante.

Une fois le bain terminé et la baignoire vidée, on peut diriger l’eau sur les jambes, d’abord à une température chaude, puis à une température froide, en commençant par les pieds et en terminant par les genoux.

Cette étape activera la vasodilatation (en présence d’eau chaude) et la vasoconstriction (lorsque la température devient plus froide).

Massage efficace contre la rétention d’eau

Pour limiter les dégâts du télétravail, il est possible d’effectuer un massage des jambes même à la maison.

Tout d’abord, mettez la jambe à traiter sur un tabouret. Appliquez une crème ou une huile hydratante, en commençant par la cheville jusqu’à l’aine.

Commencez à masser toute la jambe par des mouvements circulaires, du bas vers le haut, avec une pression croissante. 

Avec le pouce et deux doigts de chaque main, “pétrissez” chaque zone, comme si vous travailliez la pâte à pain, en commençant par la jambe jusqu’à l’aine.

Par la suite, effectuez les mêmes mouvements pour l’intérieur et l’extérieur de la cuisse.  Répétez la même procédure pour l’autre jambe.

Le massage peut durer une dizaine de minutes et peut également être effectué tous les jours.

RÉTENTION D’EAU ET ALIMENTATION

Une alimentation équilibrée est fondamentale pour lutter contre la rétention d’eau. 

Tout d’abord, il est très important de réduire la consommation de sel à table car il favorise la rétention des liquides en excès. Il est donc préférable de l’utiliser dans votre programme de beauté (bain de sel et gommage).

Un autre conseil est de boire beaucoup d’eau, au moins 1,5 ou 2 litres par jour.

Les tisanes ou infusions jouent également un rôle important car elles aident à éliminer les toxines en excès et favorisent la circulation lymphatique et sanguine.

Enfin, il est conseillé de manger beaucoup de fruits et de légumes, surtout ceux qui sont riches :

  • vitamine C, qui protège les capillaires sanguins (agrumes, abricots, cerises, ananas, fraises, kiwis, melons, pêches, asperges, artichauts, carottes, choux, brocolis, choux-fleurs, concombres, fenouil)
  • potassium, qui aide à éliminer les liquides en excès (tomates, concombres, poivrons, fenouil, kiwis, bananes, pastèques)

6 ASTUCES POUR RÉDUIRE LA RÉTENTION D’EAU

  1. Changer souvent de position
  2. Se reposer avec les jambes surélevées
  3. Suivre une alimentation pauvre en sodium
  4. Boire beaucoup d’eau
  5. Porter des vêtements confortables
  6. Effectuer des massages drainants

Bref, pour faire face à la situation de sédentarité et donc à la rétention d’eau, il est nécessaire de changer certaines habitudes quotidiennes 

Si d’une part, il est important d’avoir une posture correcte et de faire quelques petits exercices, d’autre part, il est bon d’effectuer des soins beauté ciblés, visant à stimuler la circulation sanguine et lymphatique. 

Enfin, pour favoriser l’élimination de l’excès de liquide, il est essentiel de suivre un régime alimentaire sain et équilibré, particulièrement pauvre en sodium.

Source UALA

Voici comment rendre le télétravail compatible avec votre caractère

Alors que l'ère du travail à domicile se prolonge, Heather Campisi, responsable marketing pour la société de conseil Withum, admet qu'elle n'est pas faite pour cela. Avant la pandémie, elle adorait son travail. Ses semaines étaient remplies de réunions, de visites de clients et de conférences professionnelles. "Je suis une personne sociable qui aime les nouvelles expériences", raconte-t-elle. Mais en mars dernier, la crise sanitaire a entraîné la fermeture de bureaux dans le monde entier et sa satisfaction professionnelle s'est effondrée.

Heather Campisi vit à East Brunswick, dans le New Jersey, aux États-Unis, et a passé l'année dernière à alterner télétravail et babysitting, contrainte d'occuper son fils de deux ans et demi. Sa table à manger, qui lui sert aussi de bureau, est jonchée d'autocollants, de dessins Play-Doh et de jouets en plastique aux couleurs criardes. "La monotonie est étouffante", lâche-t-elle. "J'ai besoin de conversations, de nouveautés, d'être avec d'autres personnes. Je ne suis pas faite pour rester chez moi."

Des études ont montré qu'en fonction de sa personnalité, chaque individu vivait le télétravail d'une façon différente. Il est vrai que le contexte actuel est particulièrement difficile à supporter. Depuis un an, la plupart des cols blancs travaillent à distance et les préoccupations de santé publique empêchent toute interaction sociale. Mais selon certains experts, vous pouvez adapter votre mode de travail et votre emploi du temps afin de créer un environnement qui vous convienne.

Réfléchissez à ce qui vous fait vibrer

Commencez par associer vos traits de caractère avec ce que les psychologues appellent les "Big Five". Détectez-les en utilisant l'acronyme OCEAN : Etes-vous plutôt... Ouvert (créativité, recherche de la nouveauté), Consciencieux (soucieux du détail et de la structure), Agréable (social et bavard), Empathique ou Nevrosé (enclin à l'inquiétude) ?

Notre emploi correspond parfois à notre personnalité, c'est pour cela que nous l'avons choisi, après tout. Et même s'il vous arrive souvent d'idéaliser votre vie avant la crise sanitaire, n'oubliez pas que le fait de devoir se rendre dans un bureau tous les jours n'avait sûrement pas que des avantages. "Que vous soyez à distance ou non, vous devez comprendre quelles parties de votre travail vous donnent un regain d'énergie et jouent sur vos points forts, et quelles parties vous obligent à sortir de votre zone de confort", analyse Amy Su, coach de cadres et auteur de "Own the Room : Discover your Signature Voice". "Une fois que vous avez pris conscience de ce qui vous manque, vous pouvez trouver un moyen de répondre à ces besoins", ajoute-t-elle.

Fixez-vous des limites claires et respectez-les

L'un des défis les plus importants du travail à distance concerne vos limites. Lorsque vous vivez et travaillez au même endroit, la frontière entre votre vie personnelle et professionnelle commence à s'estomper. Vous êtes toujours à votre "bureau", et vous pouvez ressentir le besoin d'accepter chaque invitation à une réunion, d'être disponible à chaque appel et répondre immédiatement à chaque mail. Les personnes qui sont agréables, serviables, compatissantes ont souvent du mal avec cela. "Lorsque vous faites plaisir aux gens, vous avez l'impression que vous devez être disponible à tout moment", observe Amy Su.

Mais cela va vous conduire à l'épuisement professionnel. La coach professionnelle Amy Su recommande de déterminer une plage horaire dans laquelle vous vous rendrez disponible, mais que vous ne dépasserez pas. "Dites clairement quand vous êtes au travail et quand vous êtes en congé", ajoute-t-elle. Et veillez à vous y tenir".

Utilisez également la technologie à votre avantage. Chaque jour, réservez du temps dans votre agenda pour vous concentrer sur vos missions (tout en laissant suffisamment de place pour les pauses, l'air frais et les tâches personnelles). N'oubliez pas que vous n'êtes pas obligé d'accepter toutes les invitations. Il n'y a pas de mal à être occupé, même si vous n'avez pas d'obligation professionnelle. Proposez un autre moment pour vous connecter, votre interlocuteur patientera.

Les introvertis — qui sont plus discrets, préfèrent la solitude et trouvent les interactions sociales épuisantes — sont également confrontés à des limites en télétravail. "La demande constante de garder sa caméra allumée, la pression pour participer à des 'happy hours' virtuels peuvent être très difficiles pour certaines personnes", selon Sabina Nawaz, coach de PDG, conférencière sur le leadership et écrivaine.

Elle conseille de discuter avec votre manager de vos préférences en matière de vidéo conférences. Pour éviter de vous sentir sur la sellette, demandez à votre patron l'ordre du jour de la réunion à l'avance afin de pouvoir réfléchir à ce que vous voulez dire et le préparer. Demandez que certaines réunions soient organisées par téléphone.

Soyez créatif, à la recherche de nouvelles expériences

En ce moment, chacune de nos journées ressemble à un jour d'hibernation. Il est donc normal que de nombreuses personnes souffrent d'ennui. Les employés les plus ouverts, ceux qui recherchent la nouveauté et la variété, trouvent le télétravail particulièrement difficile. Il en va de même pour les extravertis, qui se nourrissent de l'énergie des autres et de leur environnement.

Au lieu de vous complaire dans la grisaille et le manque de contacts personnels, essayez de regarder votre situation avec optimisme, recommande Sabina Nawaz. Les nouvelles technologies et les horaires flexibles facilitent les contacts et les nouvelles expériences. Réfléchissez à ce que vous pouvez faire qui n'était pas possible auparavant, que ce soit en raison de contraintes géographiques ou d'un manque d'imagination. Vous pourriez, par exemple, demander à déjeuner avec une personne éminente dans votre secteur. Ou suivre un mini-cours en ligne avec votre équipe sur un sujet pertinent. S'il y a des musiciens parmi vous, demandez-leur d'interpréter une chanson pour leurs collègues. Vous pouvez aussi envisager des activités inhabituelles pour resserrer les liens au sein de l'équipe, comme un cours de peinture.

Pour les extravertis à qui les discussions autour de la machine à café manquent terriblement, Sabina Nawaz suggère de simuler votre journée de boulot. Fixez un créneau avec des collègues de travail aussi sociables que vous et travaillez ensemble en visio conférence. Le simple fait de les entendre respirer et pianoter sur leur clavier peut être une source d'énergie. "Vous aurez peut-être quelques interruptions, mais vous pourrez aussi ressentir des moments d'inspiration qui seront motivants."

Les personnes ouvertes et extraverties ont également intérêt à rendre leur journée de travail plus dynamique, selon John Hackston, psychologue et responsable d'une entreprise de coaching professionnel. Accrochez des œuvres d'art sur vos murs, mettez de la musique pendant que vous travaillez, déplacez votre ordinateur pendant la journée pour changer de décor, et faites des pauses en allant vous promener dehors. "L'idée est de rendre votre environnement plus attrayant".

Adaptez vos horaires de travail

Les personnes consciencieuses, celles qui s'épanouissent grâce à des horaires fixes, se sentent oppressés en télétravail. Une solution possible consiste à créer une transition entre votre travail et votre domicile. Selon Matthew Pearsall, professeur de l'Université of North Carolina (UNC), le fait de mettre une tenue de soirée ou de faire le tour de votre quartier après votre dernière réunion peut vous aider à vous imaginer au boulot.

Vous pouvez également adaptez vos horaires de travail à vos rythmes circadiens (rythmes biologiques cycliques de 24h). Réfléchissez aux moyens de personnaliser votre emploi du temps pour l'aligner sur vos fluctuations quotidiennes d'énergie. Vous avez sûrement une idée du moment où vous êtes le plus productif, d'après Matthew Pearsall. Êtes-vous plutôt du matin ou du soir ? Avez-vous tendance à ressentir une accalmie dans l'après-midi, ou est-ce en début de soirée que vous êtes le plus productif ? "Votre objectif est d'utiliser le moment de la journée où vous êtes le plus actif pour effectuer vos tâches les plus créatives", conseille le professeur de l'UNC. "Déplacez vos tâches les moins complexes vers les moments où vous avez juste besoin de vous détendre".

Acceptez le changement, le bon comme le mauvais

Les personnes les plus névrosées, qui sont plus sensibles aux menaces et susceptibles de ressentir de l'anxiété, pourraient particulièrement souffrir en télétravail. Bien sûr, tout le monde a des coups de mou et au cours de cette année, nous sommes tous devenus un peu plus anxieux. Mais les plus angoissés sont non seulement prédisposés à ces sentiments négatifs, mais passent aussi beaucoup de temps à les ruminer. (Si votre anxiété est devenue insupportable, parlez-en à un professionnel de santé).

Les personnes très névrosées ont souvent du mal à se déconnecter du travail, et le travail à distance exacerbe leurs inquiétudes, confie Trevor Foulk, professeur adjoint de gestion et d'organisation à la Robert H. Smith School of Business de l'Université du Maryland.

"Au bureau, il est facile pour les employés de voir tous leurs collègues plier bagage pour la journée et de se dire : "Il est temps pour moi de faire de même". Mais maintenant, ils n'ont plus autant de repères visuels", a-t-il ajouté. "En plus, quand votre environnement de travail se confond avec votre domicile, vous pouvez culpabiliser à chaque minute de pause."

Trevor Foulk conseille de terminer votre journée de travail en même temps que les autres membres de votre équipe sur Slack. Vous pouvez tous vous déconnecter en même temps par exemple. Au contraire, vous et vos collègues pouvez développer votre propre rituel de fin de journée.

Faites de votre mieux pour vous adapter à cette évolution, ajoute-t-il. Quand le monde viendra à bout de cette crise sanitaire, de nombreuses entreprises prévoient de renvoyer leurs employés au bureau, du moins dans une certaine mesure. Un emploi du temps hybride, où les travailleurs passeront certains jours de la semaine dans un bureau et d'autres jours à travailler à distance, pourrait très bien convenir à la plupart des personnalités.

"Le changement est intrinsèquement effrayant", s'indigne Trevor Foulk. "Mais plutôt que de passer son temps à souhaiter que les choses soient comme avant, essayez d'embrasser le changement et demandez-vous : 'Comment faire en sorte que cela fonctionne pour moi ?'"

Heather Campisi, elle, a hâte de reprendre le chemin du travail. Son entreprise a fixé son retour au 4 juillet. "Ce sera assez différent. Nous nous maintiendrons à distance et les masques seront de rigueur… Mais j'ai tellement hâte ! ", assure-t-elle. "J'ai déjà dit à mon manager que j'avais besoin d'être là le plus possible. Mon bureau me manque ! "

Source Business Insider

13 qualités indispensables pour devenir un bon freelance

Le travail en freelance a beaucoup évolué, et il est donc très important de devenir un bon freelance pour réussir. En effet, les entreprises font de plus en plus appel à des travailleurs indépendants pour gérer certaines tâches, et misent beaucoup sur les qualités du freelance.

Quelles sont les aptitudes et attitudes requises indispensables pour exceller en tant que travailleur indépendant ? Cet article vous renseigne sur 13 qualités qu’il faut nécessairement avoir pour devenir un bon freelance.

Bien maîtriser son domaine

La première des qualités dont vous avez besoin pour devenir un bon freelance, c’est maîtriser votre domaine d’activité. Personne ne veut travailler avec un prestataire qui ne sait pas bien faire son travail. Lorsqu’un client vous confie une mission, il s’attend à ce que vous l’accomplissiez correctement.

Si vous voulez avoir des chances de réussir en indépendant, vous devez faire un travail de qualité. Bien faire votre travail vous permettra d’être rapidement propulsé à des niveaux plus élevés.

Il est donc indispensable, pour devenir un bon freelance, d’avoir une maîtrise de son domaine d’activité. Assurez-vous d’avoir de réelles compétences, et de maîtriser votre domaine. Cherchez continuellement à vous perfectionner et à augmenter vos compétences. Découvrez maintenant notre catalogue de formations pour acquérir des compétences rentables.

Avoir le sens de l’organisation

Ce qui vous permet de devenir un bon freelance, c’est non seulement la qualité du travail que vous offrez à vos clients mais également la discipline qui entoure votre travail. Pour répondre convenablement aux besoins ou exigences de vos clients, vous devez être bien organisé.

Il est important que vos heures de travail soient bien définies et que vous les respectiez par ailleurs.

Pour réussir à bien vous organiser, vous pouvez définir un calendrier de travail, ou vous servir d’un agenda dans lequel vous mettrez les différentes tâches que vous avez à exécuter. À cet effet, il existe de nombreuses applications dont vous pouvez vous servir.

Être autonome

Devenir un bon freelance exige de vous une certaine autonomie. Cela est primordial étant donné que vous travaillez sans la pression d’un chef et sans la compagnie de collègues.

Pour parfaire la qualité de votre travail, vous devez être en mesure de vous diriger vous-même en prenant vos propres décisions.

Par conséquent, il est très important de s’auto-discipliner. A cela s’ajoute une rigueur assidue pour ne pas perdre de vue les objectifs à atteindre et ne pas se laisser distraire. Fixez-vous donc des limites et faites de vigoureux efforts pour les respecter.

Être fiable

Une autre qualité indispensable pour vous aider à devenir un bon freelance est la fiabilité. Vos clients doivent pouvoir compter sur vous lorsqu’ils vous envoient des commandes. Il n’est donc pas bien que vous leur livrez des contenus plagiés ou corrompus.

D’ailleurs, si vous désirez bénéficier des fruits de votre travail vous devez prendre le soin de fournir à vos clients des contenus de qualité. Vous devez respecter les consignes de ceux-ci et leur livrer le produit en temps et en heure.

Respecter les délais

Tenir les délais de livraisons est aussi synonyme de fiabilité. Vous ne devez donc pas être la cause du déséquilibre de l’emploi du temps de vos clients, sinon ils ne voudront plus vous envoyer des commandes. Et cela ne vous aide en rien à vous améliorer.

N’accusez pas de retard dans les livraisons. Pour devenir un bon freelance vous devez apprendre à toujours honorer les engagements que vous avez envers vos clients.

Avoir le sens de l’écoute

Pour mener à bien un projet, il est indispensable de le comprendre parfaitement. Devenir un bon freelance, c’est donc également savoir écouter et comprendre les besoins du client afin de bien y répondre.

Un bon freelance est quelqu’un qui sait comprendre ses clients quand ils lui font part de leurs besoins. 

À cet effet, vous devez avoir le sens de l’écoute pour mieux cerner la façon dont vos clients veulent que le travail soit effectué. Si vous avez le sens de l’écoute, vous ne tiendrez pas compte de vos préférences mais plutôt celles de vos clients.

Faire preuve d’honnêteté

Être honnête c’est se conformer à la vertu, à l’honneur dans l’objectif de mener à bien ses missions. De toute évidence, l’honnêteté est une qualité à privilégier pour devenir un bon travailleur indépendant. Elle intervient principalement dans vos relations avec les clients.

Etre honnête c’est livrer à votre client le produit tel qu’il était défini dans le contrat dès le départ. De plus, si vous n’êtes pas en mesure de livrer un client dans les moindres délais, vous ferez mieux de le tenir informer pour éviter tout désagrément. Cette aptitude doit être une priorité parmi vos qualités en tant que freelance.

Si vous avez un emploi du temps chargé, l’idéal est de proposer de confier la tâche à un autre prestataire qualifié en qui vous avez confiance. Ne le faites pas sans son consentement car cela peut s’avérer être un signe de malhonnêteté de votre part.

Toutefois, il peut arriver que votre client vous propose un travail que vous ne maîtrisez pas vraiment. Il peut s’agir d’un manque de compétence dans un domaine précis. Vous serez honnête à condition de refuser le travail pour ne pas décevoir plus tard ce dernier.

Faire preuve de créativité

Le marché du travail indépendant est à fort potentiel. N’oubliez donc pas que vous n’êtes pas le seul sur le marché. Il y a un grand nombre de travailleurs indépendants qui n’attendent que de trouver des missions pour exprimer leurs talents.

La concurrence est donc un facteur très important à ne pas négliger. Vous ne serez en mesure de vous démarquer de vos concurrents qu’en faisant preuve de créativité, en prenant le temps de réfléchir et d’innover.

Certes, pour devenir un bon freelance il est important d’avoir de l’expertise dans son domaine d’activité. Mais en plus de cela vous devez être polyvalent en ce sens qu’il vous faut avoir certaines connaissances dans divers domaines. Elles vous permettront de rendre plus crédible votre travail.

Un rédacteur web junior par exemple a pour mission de rédiger des articles pertinents. Étant donc généraliste il doit être polyvalent en augmentant ses connaissances dans un bon nombre de domaines et être en mesure de rédiger sur des thématiques variées.

Avoir le sens de l’observation

Un bon travailleur indépendant évolue mieux en étant attentif à ce qui se passe autour de lui. D’abord, il doit faire preuve de curiosité pour identifier comment il peut vendre ses prestations. Il pourra donc remarquer les différents changements qui s’opèrent autour de lui pour mieux l’adapter à ses offres.

Pour remarquer au plus vite les changements qui s’effectuent autour de lui, il peut faire des challenges d’observation. Il s’agit d’un exercice pratique avec lequel il peut facilement forger sa capacité à se concentrer sur des choses différentes.

Savoir se vendre

Si vous désirez être un travailleur indépendant de haut niveau, vous devez faire de la prospection pour faire connaitre les solutions et les compétences qu’il peut mettre au service de ses clients.

En effet, il discerne les besoins de ses interlocuteurs pour mieux anticiper les solutions qu’il peut apporter à de potentiels ou éventuels clients.

En plus de cela, il doit avoir un bon sens relationnel. Cette compétence va non seulement lui permettre de vendre ses produits mais aussi de fidéliser ses anciens clients.

Avoir le sens de la gestion

Savoir travailler en solo est aussi l’une des qualités d’un bon freelance. Cela nécessite de votre part d’avoir le sens de la gestion. Vous êtes à la fois le patron, l’employé, le comptable, etc. Vous devez donc être en mesure de gérer votre budget en tenant compte des frais liés à votre activité pour ne pas faire faillite. 

Vous n’aurez certainement pas un revenu stable tous les mois, il vous faut alors faire la part de vos revenus en fonction de vos dépenses mensuelles et principalement penser à épargner pour mieux gérer les imprévus.

Développer son réseau

Dans le monde professionnel la force du réseau est particulièrement grande, surtout quand vous êtes indépendant. Si vous voulez donc devenir un bon freelance, il est important de construire et développer un réseau de qualité.

Pour développer votre réseau, vous devez sortir de votre zone de confort pour participer à des ateliers de formation, des concours et si possible des conférences pour faire de nouvelles connaissances en vue d’enrichir votre carnet d’adresse.

Vous pouvez par exemple imprimer des cartes de visite que vous partagerez aux éventuelles nouvelles connaissances spécialisées dans votre domaine et prospects. Outre la carte de visite, vous pouvez directement échanger vos contacts avec vos nouvelles connaissances.

Vous pouvez aussi vous inscrire sur des forums et des plateformes pour faire remarquer vos compétences. Cela vous attirera sans doute de nouveaux clients qui vous aideront à developper les qualités d’un bon freelance.

Rester motivé

En voulant devenir freelance vous avez certainement réfléchi à un certains nombres d’éléments qui vous ont poussé à l’action. Vous devez donc rester focus et toujours garder à l’esprit cette source de motivation. Il s’agit d’une des qualités indispensables d’un bon freelance.

Lorsque vous travaillez en indépendant, les temps ne sont pas toujours bons. Il arrive que vous ayez des moments de hausse et des moments de baisse, surtout lorsque vous êtes débutant. Cependant, il faut savoir garder la tête hors de l’eau.

C’est humain d’avoir des craintes et des doutes mais vous devez pouvoir les surpasser, sinon vous risquez de perdre de vue vos objectifs et abandonner. Gardez-donc à l’esprit que tous ceux qui excellent dans le domaine ont connu des difficultés mais sont restés motivés.

Devenir un bon freelance : nos conseils

Travailler en indépendant vous permet de travailler à votre rythme, de travailler sans pression, de conclure vous-même vos deals. Le travail en indépendant présente encore de nombreux autres avantages.

Cependant, il ne faut pas se laisser prendre au piège du travail en indépendant. Vous devez éviter certaines erreurs et avoir un certain nombre de qualités. 

Il est indispensable de veiller régulièrement à votre progression ou votre amélioration. Pour vous améliorer et devenir meilleur, vous savez quoi faire. Vous connaissez désormais les qualités indispensables qui vous feront devenir un bon freelance.

Source Blemama