Actualités

Le télétravail va encore durer «très très longtemps» selon Berger

Le secrétaire général de la CFDT salue à ce titre l'accord trouvé par les partenaires sociaux qui apporte un «cadre» aux entreprises.

Le télétravail va devenir pérenne dans les entreprises. C'est en tout cas ce que pense Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. Au micro de Franceinfo ce vendredi, ce dernier assure que «le télétravail va durer très très très longtemps car on est rentré dans une nouvelle ère».  

Laurent Berger a salué l'accord trouvé jeudi soir par les partenaires sociaux sur le sujet après des semaines d'intenses négociations. Le patronat a réussi à obtenir l'avis favorable de la CFDT, de FO, de la CFE-CGC et de la CFTC mais pas celui de la CGT. «L'accord est signé», juge néanmoins Laurent Berger. «Le dialogue social a fonctionné, ça a été compliqué, on a parfois plus de difficulté à se parler qu'avant. Mais on a réussi cette fois».

D'après lui, cet accord va donner «un cadre pour discuter en entreprise». Il s'adresse notamment à celles qui étaient «un peu en no man's land». «On savait dès le départ que ça ne serait pas contraignant. C'est très compliqué de mettre en place un accord national car les situations sont très différentes selon les entreprises». Toutefois, cet accord reste «bienvenu» dans la situation actuelle, estime-t-il.

Source

Pourquoi être freelance va devenir une obligation ?

Au lieu de subir un emploi qui ne nous convient pas à 100%, il est probablement enfin temps de créer, de se prendre en main et d'entreprendre !

Crise du coronavirus, chômage, perte de sens, burn-out, bullshit jobs…Le monde du travail a connu des jours meilleurs qu’au cours de ces derniers mois. Alors que la spécialisation est en train de devenir la norme, le freelancing apporte cette expertise dont les entreprises ont besoin. Voici 5 raisons pourquoi être freelance va – très vite – devenir une obligation.

Pour mettre à mort le métro-boulot-dodo

Se lever, prendre son petit-déjeuner, prendre sa voiture (ou son bus/métro) avec 1 heure de trafic à supporter. Travailler de 9 heures à 17 heures. Reprendre sa voiture pour rentrer chez soi avec 1 heure de trafic supplémentaire à se farcir. Se reposer. Être épuisé quand même. Allez dormir. Recommencer pendant 40 ans. 
 
Autant vous le dire tout de suite, ce scénario n’est plus ne serait-ce qu’envisagé par la nouvelle génération. L’envie de liberté, de flexibilité et de créativité au travail est plus forte que celle de nos “ancêtres”.  Avant, faire carrière était la norme. On devait faire ses preuves à l’école, être un bon élève, obtenir son diplôme, trouver l’entreprise dans laquelle on souhaitait travailler et y rester toute sa vie.

Pendant les 30 Glorieuses, c’était tout à fait envisageable. De nos jours, cela reste un doux rêve (ou cauchemar, c’est selon) difficile à expliquer à nos parents.

Pour gagner du temps de vie

On oublie souvent qu’il n’y a pas seulement le temps de travail “effectif” à prendre en compte lors d’une journée classique. Entre les trajets (plus ou moins 2 heures aller/retour si vous êtes dans une grande ville, quoiqu’il arrive) et la pause déjeuner (comptez 1 h 30 si vous êtes en France, 30 minutes en Belgique), vous avez au moins perdu 3 heures de temps de vie sans pour autant les passer à travailler pour votre employeur.

Lorsque vous êtes freelance, le trajet est souvent très court. Du lit jusqu’à mon bureau, par exemple, j’ai approximativement…15 minutes de route en comptant la douche. Lors de votre pause à midi, vous prenez le temps que vous voulez pour manger. Et vous travaillez, en réalité, le temps qu’il vous faut pour réaliser vos missions, réseauter, et vous occuper de la partie administrative. Bref, vous gérez votre agenda comme bon vous semble.

Si vous êtes un oiseau de nuit qui préfère écrire, traduire ou développer quand la lune se lève, à votre guise ! Vous êtes votre propre patron, et cela change tout. 
 
Au-delà du gain de temps, vos coûts externes seront amoindris. Peu de carburant à mettre dans la voiture, un repas pris à la maison quasiment tous les jours…Et votre banquier vous remerciera pour les quelques 200 euros par mois en plus sur votre compte.

Parce que les bullshits jobs n’intéressent plus personne

Terme rendu célèbre par l’anthropologue David Graeber, le bullshit job – littéralement “emploi à la con” – a connu une sacrée remise en question lors de ces derniers mois. Le fait de travailler sans y trouver de sens est devenu une aberration totale pour les générations Y et Z. 
 
Lorsque le coronavirus a pointé le bout de son nez, la plupart des employés ont eu le temps de faire le point. La majorité s’est bien rendu compte que leur boulot était aliénant, inutile pour la société et totalement superflu.

Si lorsque l’on vous propose de travailler pour un peu plus d’un SMIC pendant 35 heures, vous avez envie de répondre : “merci, mais non merci”, il est peut-être temps de changer.

Parce que la spécialisation est la nouvelle norme

Chaque poste de travail requiert une ou des compétences, jusque-là, on est bien d’accord. Dernièrement, en regardant les offres d’emploi, je me suis rendu compte d’une chose. Il faut généralement, et de plus en plus, savoir TOUT faire. L’adage dit qu’il vaut mieux être expert·e dans un domaine que bon dans plusieurs. Visiblement, les employeurs ont éludé ce passage de leur recrutement.

Lorsque vous devenez freelance, vous créez votre propre boulot. Vous pouvez devenir expert·e de votre domaine – c’est d’ailleurs extrêmement conseillé -. Au lieu d’être chargé de com’ et de marketing, vous avez la possibilité de vous concentrer sur vos forces. Rédacteur, graphiste, traducteur, vidéaste…Vous faites une tâche, mais vous la faites à la perfection. Surtout, vous exploitez votre talent à 100% de ces capacités. 

 

Parce que les crises sanitaires changent la face du monde du travail

Nous l’avons vu lors de cette année 2020 si particulière, la face du monde a changé. La moitié de la planète a subi un confinement et le monde du travail, comme d’autres domaines, a dû s’adapter à la crise du Covid-19. Une situation sans précédent, où le télétravail est devenu roi et une nouvelle norme à proposer par les employeurs.

Au-delà de ces adaptations forcées, cette crise sanitaire mondiale inédite a montré toute l’étendue de la fragilité d’un système. Le chômage technique et partiel a dû être imposé à de nombreux travailleurs et travailleuses avec des taux de chômage qui ont explosé à travers le monde. La culture, la restauration ou encore l’industrie ont dû mettre sur pause leurs activités.

Face à l’incertitude de cette “nouvelle vie”, les employeurs ne devraient plus prendre beaucoup de risque lors des prochains mois pour garder à flots leur trésorerie. Engager pour du long terme va devenir très difficile pour eux. Alors que la deuxième vague ne devient plus une hypothèse mais une réalité, la sécurité de l’emploi est d’ores et déjà un mythe.

Générations sacrifiées mais déterminées

Alors que 2020 n’a pas fini de nous surprendre (possible deuxième vague, les présidentielles aux USA, les plans économiques…), il est clairement urgent de prendre les devants. Au lieu de subir, il est temps de créer, de se prendre en main et entreprendre.

Comment Optimiser Son Organisation Quand On Est Freelance ?

Quel que soit le secteur d’activité, le métier en freelance offre de nombreux avantages tant sur le plan personnel, professionnel que financier. Généralement, il suffit de disposer d’un ordinateur portable et d’avoir accès à internet pour se constituer une bonne source de revenus.

Néanmoins, la plupart des travailleurs indépendants sont confrontés à un problème commun : les difficultés d’organisation de ses tâches en freelance. Des délais de livraison non respectés, une mauvaise gestion de son planning ou encore un risque de surmenage, les conséquences d’une mauvaise organisation sont nombreuses. Voici quelques conseils qui vous aideront à optimiser votre organisation de freelance.

Faire une liste des tâches à faire

Bien que travailler en freelance nous donne l’avantage de travailler de n’importe où, l’organisation de son travail est un point important à développer. Pour optimiser votre organisation, pensez à faire des listes des tâches à faire à court, moyen et long terme. Ne tombez pas dans l’erreur de se fier uniquement à votre mémoire au risque d’oublier une tâche importante et perdre un client potentiel pour votre business.

  • Sur une feuille assez grande (format A4), rédigez les tâches à faire ainsi que vos objectifs sur le long terme ;
  • Sur un post-it large, listez les tâches importantes à faire durant la semaine ou le mois ;
  • Sur un plus petit post-it, listez les tâches quotidiennes ou vos objectifs au quotidien.
Chaque soir, chaque fin de semaine et chaque fin du mois, il ne vous restera plus qu’à faire le point sur les tâches déjà réalisées, les autres en cours et celles qui vont encore venir. De cette façon, il vous sera impossible d’en oublier une.

Planifier ses tâches quotidiennes et estimer son temps de travail

Après avoir dressé vos listes d’objectif à atteindre par jour, par semaine et par mois, il est maintenant temps de planifier vos tâches quotidiennes. En tant que freelanceur, cette étape s’avère être très importante pour optimiser l’organisation de son travail.

Pour ce faire, vous pouvez soit réaliser une planification rudimentaire avec une feuille et un stylo, soit opter pour un logiciel de gestion de projet. La seconde option est plus avantageuse dans l’optique où elle permet en même temps un excellent suivi de l’avancement de votre projet. Vous y gagnerez non seulement du temps, mais aussi de l’argent en vous concentrant mieux sur vos objectifs.

Il est également important d’estimer le temps de travail à prévoir pour une tâche donnée. Ce délai peut bien varier d’un projet à un autre et d’une tâche à une autre. A priori, plus un projet présente des complexités, plus vous aurez besoin de plus de temps pour le traiter.

Donner un ordre de priorité à ses tâches

Certaines tâches doivent être mises en priorité pour assurer une meilleure gestion de votre emploi du temps. En opérant de la sorte, vous éviterez bien le stress de devoir tout gérer au dernier moment et pourrez rendre un travail de meilleure qualité. Classez vos tâches en ordre en traitant :

  • Les tâches urgentes et importantes en premier ;
  • Les tâches peu urgentes et importantes en second ;
  • Les tâches urgentes et peu importantes par la suite ;
  • Les tâches peu urgentes et peu importantes en dernier lieu.

Se concentrer sur une tâche à la fois

Parfois, le problème d’organisation vient du fait qu’on se focalise sur la totalité des tâches qui vous restent à faire pendant la journée, la semaine ou le mois. Vous verrez alors votre travail comme une grosse boule qui sera difficile à gérer.

Vous avancerez bien mieux en vous concentrant sur une tâche à la fois. Ne passez à autre chose qu’après avoir terminé ce que vous avez commencé. Ainsi, vous serez mieux en mesure de livrer votre travail à temps sans retard de délai.

Adapter son espace de travail

En freelance, vous êtes plus à l’aise quand vous travaillez sur une table de bureau, le sofa du salon, le lit, ou vous avez l’habitude d’aller dans des espaces de coworking ? En fonction de vos habitudes, n’hésitez pas à adapter votre espace de travail pour que vous soyez bien à l’aise. Plus vous vous sentirez mieux, plus vous pourriez vous concentrer sur les tâches à faire et mieux vous serez productif.

Si vous ressentez souvent un mal de dos en vous asseyant pendant toute la journée, incluez des petites pauses dans votre emploi du temps sans oublier de vous faire plaisir de temps à autre. Dans certains cas, il suffirait d’investir dans un nouveau fauteuil ou de bien ranger son bureau avant de travailler pour booster sa productivité.

Éviter les distractions

Rangez votre espace de travail de sorte à mieux vous concentrer sur les tâches à faire à l’instant. Pour optimiser votre organisation de freelance, mettez de côté tout objet qui pourrait vous distraire comme votre smartphone, tablette, jeux vidéo. Aussi, n’oubliez pas de déconnecter vos comptes sur les réseaux sociaux pendant les heures de travail.

Source

L’Explosion Du Freelancing

Créer son entreprise est un projet intéressant qui peut toutefois parfois comporter de nombreux freins. Le freelancing est une solution actuellement très exploitée pour réussir à développer sa propre activité en restant totalement indépendant. Statut unique, le travail indépendant est associé à de nombreux avantages, mais également à des inconvénients qu’il ne faut pas négliger pour mener à bien son projet. En France, ce sont pas moins de 930 000 Français qui seraient freelances à l’heure actuelle. Une évolution de 145% entre 2008 et 2018.

Pourquoi le freelancing est-il en pleine croissance ?

Les états d’esprit sont en pleine mutation depuis quelques années. Le travail indépendant séduit en effet de plus en plus de personnes. Le salariat, de son côté, impose des contraintes que de nombreux travailleurs ne souhaitent plus vivre. Le freelancing vient pallier cette envie avec un nouveau mode de travail.

Les métiers les plus touchés semblent être :

  • les développeurs,
  • les designers, graphistes,
  • les rédacteurs et traducteurs,
  • les chefs de projet.
Ces différents corps de métiers confondus, ainsi que tous les autres, comportent 80% de travailleurs indépendants qui vivent à 100% de leur activité professionnelle

L’indépendance et l’autonomie

Le freelancing intéresse de nombreuses personnes pour la grande liberté qu’il offre. Lorsqu’on embrasse le statut de travailleur indépendant, on organise ses journées et ses périodes de travail comme on le souhaite. C’est l’une des raisons pour lesquelles le freelancing interpelle autant de personnes. Les parents peuvent adapter leurs heures de travail au rythme scolaire des enfants. C’est aussi très intéressant pour pouvoir s’accorder aux horaires décalés d’un conjoint ou pour alterner entre deux activités. Le freelancing peut être couplé sans problème à une activité salariale traditionnelle. 
 
La liberté de développer sa propre activité

Avec le freelancing, pas de patron ! Le travailleur indépendant est le seul décisionnaire quant à l’activité de son entreprise. C’est particulièrement appréciable pour les activités créatives qui nécessitent une souplesse et une absence de limites. Le freelancing est un statut qui favorise la confiance en soi et la détermination. Le freelance choisit ses contrats, détermine sa clientèle cible et contacte les partenaires avec qui il désire travailler. Il mène son affaire de A à Z sans connaître les contraintes ou les freins d’une activité salariale.

C’est donc sans surprise que le nombre de travailleurs freelances ne cesse d’augmenter : on dénombrait 700 000 freelances en 2013, pour 930 000 à ce jour. Ce statut, aux avantages indéniables, ne cesse donc de séduire de plus en plus de travailleurs en quête d’une réelle indépendance. 

Besoin d’un filet de sécurité ?

Pour débuter son activité, le freelance peut également choisir une solution plus sécuritaire en optant pour le portage salarial. Il développe alors son activité en s’appuyant sur les bases solides d’une société de portage. Le travailleur indépendant signe un contrat avec une société qui gère alors tout l’aspect administratif pour lui.

Il reste maître du choix de ses clients et de ses contrats. Bien choisir sa société de portage salarial est très important pour être certain d’opter pour la stabilité et la sécurité. Lorsque le freelance collabore avec une société de portage salarial, il signe un contrat tripartite. C’est lui qui négocie avec sa clientèle, mais c’est ensuite la société de portage salarial qui élabore les factures, gère les recouvrements et s’occupe de régler les cotisations sociales pour le travailleur. Ce dernier possède un statut de salarié de la société de portage salarial, tout en conservant une grande liberté pour développer son activité.

C’est un véritable tremplin qui offre des avantages très intéressants comme une meilleure pension de retraite, la protection en cas de maladie ou encore l’accompagnement par des experts pour favoriser la croissance de son activité. 

Le freelancing a-t-il des inconvénients ?

Rien n’est jamais idéal malheureusement ! Le freelancing a également des inconvénients.

L’instabilité de l’activité

Le freelancing est bien sûr associé à une activité fluctuante. Les commandes et les sollicitations sont très inégales. Il faut donc pouvoir faire face à des pics d’activité, mais également à des périodes plus creuses. Il est donc impératif d’être souple afin de s’adapter à ces modifications de rythme. Le freelance doit être en capacité de travailler plus à certaines périodes de l’année et à mettre de l’argent de côté pour pouvoir pallier les baisses d’activité.

Certaines personnes auront des difficultés à s’adapter à l’évolution de leur activité. Le freelance doit en permanence jongler entre la réalisation de ses commandes et la quête d’opportunités pour signer de nouveaux contrats. Il est alors capable de faire preuve d’une démarche de prospection tout en répondant à la demande de ses clients. 
 
L’isolement des freelances

Travailler seul à son rythme à la maison, cela fait rêver plus d’un salarié qui est en souffrance dans son entreprise ! Mais il faut prendre en considération le revers de la médaille. Lorsqu’on travaille comme freelance, on est souvent confronté à la solitude et à des décisions à prendre seul, sans conseil. C’est pour cela que la solution de portage salarial est un bon compromis, car ce statut permet de mettre en relation des professionnels qui peuvent échanger des conseils.

Le freelance bénéficie aussi d’un réseau solide d’experts. Il bénéficie également d’une émulation et profite de relations professionnelles qui évitent de se sentir seul. L’isolement du freelance est l’une des raisons prépondérantes d’un retour rapide au salariat. De nombreuses personnes sont incapables de rester seules ou de travailler en toute autonomie. Lorsqu’on est freelance, il est important de ne pas négliger les activités en dehors du travail et de favoriser les rencontres personnelles pour ne pas être seul. 

L’interconnexion entre vie professionnelle et vie personnelle

Le freelancing impose souvent de devoir travailler à la maison. Mais les parents le savent, réaliser des activités professionnelles avec les enfants qui pleurent, hurlent ou vous interrompent en permanence relève d’un vrai défi ! L’amalgame entre la vie pro et la vie perso demande un vrai savoir-faire. Il est important de réussir à poser des limites tant physiques qu’abstraites. L’activité professionnelle doit pouvoir être réalisée dans le calme. Encore une fois, le portage salarial peut s’avérer être une bonne solution, car il permet un grand gain de temps dans son activité professionnelle en raison du peu de charges administratives qui incombe au consultant “porté”.

Le freelance doit pouvoir consacrer une pièce de la maison à ses démarches professionnelles. L’entourage doit également être en capacité de comprendre qu’il ne doit pas déranger sans cesse la personne qui travaille. Le freelance constate rapidement que les proches ont souvent des difficultés à comprendre que ce n’est pas parce qu’il est à la maison qu’il peut être sollicité. Il faut du temps pour que chaque personne puisse trouver les bonnes limites et respecter les besoins des uns et des autres.

Pour travailler dans les bonnes conditions, il est important de délimiter les endroits et de prévenir les enfants, conjoints ou amis que vous n’êtes pas joignable durant les heures de travail, même si vous êtes à la maison ! Et pour se donner de la flexibilité, pourquoi ne pas opter pour le portage salarial ?

Source

Pourquoi le monde d’après sera freelance

Bienvenue dans le monde d’après. Il sera sans nul doute bien différent que celui dans lequel nous évoluions auparavant. Que nous soyons dirigeant·e de société, salarié·e ou freelance, le constat est le même : la quête de sens et la liberté deviennent nos nouveaux leitmotiv.

A  l’heure de la paralysie mondiale, certains prennent leur courage à deux mains en travaillant en première ligne, d’autres s’organisent pour travailler le plus efficacement possible de chez eux. Cette pause forcée – subie pour certains, appréciée par d’autres – est également un temps pour réfléchir au futur de notre vie professionnelle, et donc par essence de notre vie personnelle. 

Dans le monde d’après, le freelance aura une place notoire. Cet·te entrepreneur·e combatif·ve et résilient·e sera aimé·e et chéri·e de toutes les organisations. Les entreprises voudront de plus en plus collaborer avec des freelances, les salariés deviendront d’ailleurs pour certains aussi freelances pour bosser sur des side projects en plus de leur job, et le gouvernement prendra les mesures nécessaires pour protéger ce million de travailleurs indépendants. Utopie, vous dites ?  

Des entreprises plus ouvertes d’esprit 

Les entreprises, qu’il s’agisse de TPE, de PME, de grand groupe ou de startup sont dans le même bateau depuis le mardi 17 mars 2020. Du jour au lendemain, ce sont des dizaines, des centaines, voir des milliers de salariés qu’il a fallu renvoyer chez eux pour une durée indéterminée, en mettant en place en un temps record des outils collaboratifs pour leur permettre de continuer à travailler tant bien que mal. 

Si certaines entreprises étaient déjà à l’aise ou sujettes aux questions du télétravail, pour d’autres, cela a été un coup de massue, et les cellules de crise se sont multipliées pour gérer ce chamboulement organisationnel sans précédent. Il est important de rappeler que le télétravail confiné et forcé n’est pas du tout le même que le télétravail assumé et choisi (qui était plutôt partiel et marginal). 

Dans le monde d’après, ces entreprises ne seront définitivement plus les mêmes. Une page se tourne : finie la pression de la présence physique quotidienne avec les salariés. Les entreprises vont entrer dans une nouvelle ère car elles ne sont plus dans l’inconnue : elles n’ont plus peur, elles “maîtrisent” le concept du télétravail, elles ont des outils pour gérer leurs équipes et manager à distance, même si rien n’est parfait et que tout reste à construire. 

Ce que les entreprises ont acquis, durant ce télétravail forcé, c’est encore plus d’ouverture d’esprit. Elle est excellente pour les futures collaborations avec les freelances, qui étaient jusqu’alors parfois perçus comme des aliens incontrôlables car pas à portée de main, pas en présentiel dans les locaux. La crise sanitaire que nous vivons et la récession attendue ne fera qu’augmenter le besoin de flexibilité et d’agilité des entreprises. Dès lors, dans le nouveau monde, entreprises et freelances collaboreront de plus en plus ensemble. 

Des salariés en quête de liberté 

Voilà déjà plusieurs semaines que des millions de salariés français (plus de 11 millions selon le Ministère du Travail) sont en “télétravail”, ou plutôt, confinés chez eux, avec pour nombre d’entre eux des enfants à gérer en essayant de respecter un planning imposé et des réunions à la chaîne.  Cette situation exceptionnelle, précaire pour certains, plus confortable pour d’autres, est aussi un temps précieux, loin de son entreprise, de son manager et de ses collègues que l’on voit au quotidien. 

Le temps est au questionnement, à la réflexion : quelle est l’utilité sociale de mon métier ? Quelles sont mes motivations ? Quelles sont mes valeurs et sont-elles raccord avec celles de mon entreprise ?  Le confinement est donc aussi pour certains salariés un moment pour prendre du temps pour soi, pour se former, pour construire une offre, pour se réinventer. C’est en quelque sorte le temps des choix. 
 
Notons que le gouvernement renforce en cette période les dispositifs de formation professionnelle des salariés placés en activité partielle – chômage partiel, pour soutenir les démarches en faveur du développement des compétences. 

Goûter au télétravail, c’est goûter à la liberté (même enfermé). Ainsi, un certain nombre de salariés profiteront de cette période pour devenir slasher, en développant un projet entrepreneurial à côté de leur job salarié, voir même en remettant en question leur statut de salarié et en quittant leur job pour se lancer dans le grand bain du freelancing.  

Des freelances soutenus : des porte-paroles et des outils 

Bienvenue dans le monde d’après, le monde du freelancing. Avec aujourd’hui plus d’un million de freelances à son actif, la France a un temps d’avance sur cette croissance exponentielle, mais un sacré train de retard sur les mesures de protection de ces travailleurs. Protection sociale, chômage, retraite, logement et crédit bancaire, parentalité : tout y passe. La difficulté d’accès quant aux informations relatives à ces sujets et les multiples organismes sont un euphémisme. Ce qu’il faut retenir : la protection des travailleurs indépendants n’est pas à la hauteur de leurs ambitions. Pire encore, ce manque de protection les met en danger, surtout durant la période de crise sanitaire et économique que nous vivons à l’heure actuelle. 

Ainsi, plusieurs groupes sur Facebook dédiés à la solidarité entre freelances ont vu le jour : les freelances s’organisent entre eux depuis des mois, voir des années, en s’écoutant lorsqu’ils rencontrent des problématiques et en se donnant des conseils via des groupes de paroles ouverts et en ligne (Freelances à Bordeaux, Freelances à Nantes…). Des collectifs de freelances avec des modèles différents commencent aussi à émerger : en se rassemblant et en la jouant collectif, les freelances sont plus puissants. 

Plus récemment, des syndicats ont également vu le jour comme Indépendant.co ou Union des indépendants, , au même titre que Freelancer Union aux Etats-Unis il y a une quinzaine d’années. Ces syndicats ont pour objectif de fédérer les freelances pour peser dans le débat public et ainsi défendre leurs droits. Dès lors, les freelances s’écoutent donc les uns les autres, les freelances sont entendus et ont même des porte-paroles pour défendre leurs droits. Mieux encore, ils ont des outils de plus en plus performants à leur disposition. 

Bienvenue sur le marché du freelancing, en plein développement. Le nombre de plateformes de mise en relation entre les entreprises et les freelances pullule, des offres de mutuelle pour protéger les travailleurs indépendants au même titre que les salariés, des logiciels de comptabilité et de gestion pour faciliter la vie de ces derniers et même désormais des voyages entre freelances ! Croyez-le ou non, ce n’est qu’un début…

Il va sans dire qu’avec de bons outils, du soutien, et une protection digne de ce nom qui serait mise en oeuvre par le gouvernement, les freelances ont de beaux jours devant eux.

Comment Voyager Tout En Travaillant En Freelance ?

 Le statut de freelance présente de nombreux avantages. Outre la flexibilité des horaires de travail, il permet aussi de voyager tout en travaillant et surtout au moment où l’on veut. On peut s’interroger sur la compatibilité de ces deux activités qui, si elles sont effectuées ensemble, proposent de nombreux avantages d’ordre physique, moral et intellectuel. C’était le sujet d’un épisode récent de podcast et la thématique mérite d’être développée dans un article !

Commencer par la création de son activité en ligne

Pour pouvoir voyager tout en travaillant, il faut avant tout se libérer de la bureaucratie et commencer à créer ses propres activités. Récemment diplômé ou en quête d’une nouvelle activité, on peut commencer des activités en ligne qui sont aujourd’hui les plus potentielles pour adopter un nouveau mode de vie qui allie voyage et travail.

En principe, la plupart des métiers en freelance vous permettent de voyager tout en gagnant de l’argent. Néanmoins, cela dépend encore du métier. Dans la liste des métiers pouvant facilement s’allier au voyage, nous pourrions citer :

  • L’e-commerce avec dropshipping ;
  • Le métier d’influenceur web ;
  • La création d’une formation en ligne ;
  • La monétisation d’une app mobile ;
  • La vente de photos…
Se lancer dans l’e-commerce

En effet, l’e-commerce permet de beaucoup se déplacer sans avoir à arrêter de travailler. Ouvrir un e-commerce présente l’avantage de ne pas être soumis à la gestion, la préparation ou encore la vérification des stocks de marchandise. Se lancer dans l’e-commerce avec dropshipping permet par exemple de gérer à distance toutes les transactions de A à Z.

Devenir influenceur YouTube

En plus de présenter l’avantage de pouvoir voyager tout en travaillant, devenir influenceur sur YouTube, qui est aujourd’hui un site de renom planétaire, permet aussi de se divertir et d’être à jour sur toutes les actualités musicales et les nouveaux titres de vos artistes préférés.

Créer une formation en ligne

Aujourd’hui très prisée, la formation en ligne gagne de plus en plus d’ampleur. De ce fait, si vous décidez de devenir formateur en ligne, vous aurez votre temps libre pour voyager et travailler en même temps. Qui plus est, c’est un métier qui vous permet d’entretenir et d’élargir vos compétences.

Monétiser une app mobile que vous avez créée

Si vous disposez des pleines compétences dans la création et le développement d’applications mobiles, vous pouvez l’utiliser pour créer une nouvelle application et la monétiser. Vous pourrez ainsi adopter le mode de vie de votre choix et être toujours rémunéré. Il faudrait simplement trouver la bonne application qui saura séduire la majorité.

Vendre des vidéos ou des photos

Actuellement, les images et les vidéos sont plus sollicitées au même titre que les textes, voire plus à certains égards. De ce fait, pour pouvoir voyager tout en travaillant, pourquoi ne pas vendre ces photos sur des plateformes spécialisées comme Shutterstock par exemple ?

Qu’en est-il des métiers de freelance demandant plus de concentration ?

Certains métiers du freelance demandent bien plus de temps et de concentration que d’autres. C’est notamment le cas :

  • Des développeurs web et applications mobiles à distance ;
  • Des web designers, consultants, graphistes, illustrateurs… ;
  • Des spécialistes en webmarketing ;
  • Des community managers ;
  • Des traducteurs et transcripteurs audio ;
  • Des rédacteurs SEO…
Dans ce cas, il pourrait être difficile de trouver le bon compromis et pouvoir voyager tout en continuant à travailler. Voici donc les meilleures astuces qui vous aideront à mieux organiser votre emploi du temps pour associer voyage et travail en freelance.

Réaliser un planning pour la semaine

La meilleure façon de garder en tête vos objectifs de productivité durant vos voyages est de réaliser un planning pour la semaine. Rien n’empêche également de faire un planning journalier, mais étant en voyage, il deviendrait encore plus stressant de savoir que certaines tâches n’ont pas été effectuées.

Dans le planning de la semaine, on doit :

  • Lister les tâches urgentes en premier avant les autres ;
  • Préciser les délais de livraison ;
  • Mentionner les détails importants à prendre en compte pour le traitement des commandes…
L’objectif de ce planning est de vous rappeler les taches que vous devez encore réaliser la semaine tout en profitant de vos voyages.

Avoir un agenda

Ce petit objet qui semble parfois insignifiant est pourtant le meilleur allié d’un freelanceur en voyage. Entre format papier, petit, grand et électronique, le choix est bien donné. Il ne reste plus qu’à choisir celui qui s’adapte aux mieux à vos besoins.

Avoir un agenda permet de rester productif au cours de ses voyages. Tous les jours, on pourrait alors consulter les différents rendez-vous importants, les objectifs à atteindre pour ensuite adapter un programme personnalisé de la journée.

Instaurer une discipline, même en voyage

Le statut de freelance s’apprécie fortement pour son « style de vie free » par rapport aux métiers salariés. Mais même en voyage, pour continuer à être productif, l’instauration d’une discipline est nécessaire. On peut par exemple se permettre de :

  • Découvrir les villes et prendre tout son temps durant la journée, et ensuite travailler tard dans la soirée ;
  • Commencer à travailler très tôt le matin pour profiter du moment un peu plus tard…
L’important consiste seulement à gérer son emploi du temps pour à la fois avoir le temps de se faire plaisir en voyage et se concentrer sur son travail en freelance.

Source

En France, le tarif horaire du freelance est de 38 € HT

 Dans une étude réalisée en 2020 auprès de 7 000 freelances répartis aux quatre coins du monde, le service de paiement en ligne Payoneer a comparé les tarifs de facturation moyens de indépendants en prenant en compte l'expérience, le secteur, le sexe et le niveau de diplômes. Les résultats montrent qu'en France, les professionnels de la tech sont les plus sollicités, avec des tarifs nettement plus élevés que ceux pratiqués dans les divers pays étudiés et que l'égalité salariale gagne du terrain.

 La plate-forme de paiement en ligne Payoneer a isolé les appellations métiers qui s’imposent de plus en plus sur le marché des freelances et celles qui payent le mieux. Pour réaliser son classement, le site s’est basé sur l’édition 2020 de son rapport sur les revenus des freelances, lui-même réalisé auprès de plus de 7 000 travailleurs indépendants dans plus de 150 pays du monde, dont la France. Les résultats montrent que les compétences technologiques sont les plus recherchées par les entreprises en quête d’indépendants. Les secteurs les plus représentés dans ce domaine tous pays confondus portent en effet sur la conception de sites web et le design graphique (26%) la programmation (16%), l’IT dans un sens plus large (8%) et les activités de studio multimedia (7%) En termes de tarifs horaires hors taxes facturés au niveau mondial par les indépendants de la tech, la gestion de projets arrive en tête (25 6 € HT), suivi par la production multimedia et le développement informatique (22, 8 € chacun ). Juste derrière, on retrouve les domaines marketing/finance / IT placés ex-aequo (21,06€). En France, les freelances français sont parmi ceux qui facturent le plus cher leurs heures de travail avec 37,54 € pour la moyenne française contre 19,23 € de l’heure au niveau mondial.

Source

Le freelancing séduit beaucoup d'actifs talentueux

 Les grands comptes, chasseurs permanents de talents créateurs de valeur ajoutée et d'avantages concurrentiels, ne pouvaient pas ignorer ce basculement - de plus en plus massif - vers le statut d'indépendants. Seulement se pose le problème de la gestion des freelances !

D'autres acteurs économiques ont identifié ce besoin et ont conçu des business models pour y répondre. Il s'agit des concepteurs de solutions FMS (freelance management système ou système de gestion des freelances) et les plateformes de mise en relation et d'intermédiation entre les travailleurs indépendants et les grands comptes.
Certains spécialistes de la mise en relation, à l'image de « Freelance informatique », ont développé leur plateforme pour en faire un véritable outil FMS. Ainsi, ils permettent aux grands donneurs d'ordres de centraliser la gestion des fournisseurs freelances.

Source